Climat: « les enjeux n’ont jamais été aussi élevés »

Twain Californie feux incendies réchauffement climatique

Le Dixie Fire, le 26 juillet 2021 à Twain, en Californie © AFP/Archives Robyn Beck

Paris (AFP) – Alors que le réchauffement de la planète s’accélère, « les enjeux n’ont jamais été aussi élevés », a mis en garde lundi le patron des experts climat de l’ONU en lançant le processus d’adoption d’un nouveau rapport de référence sur les impacts dévastateurs du changement climatique.

Après plus d’un siècle et demi de développement économique consacrant les énergies fossiles, le monde a gagné environ +1,1°C par rapport à l’ère pré-industrielle, multipliant déjà canicules, sécheresses, tempêtes ou inondations dévastatrices.

Dans le premier volet de leur rapport publié en août dernier, les experts climat de l‘ONU (Giec) estimaient que le mercure atteindrait autour de 2030 -soit dix ans plus tôt qu’escompté- le seuil de +1,5°C, objectif le plus ambitieux de l’accord de Paris.

Avant un troisième opus en avril sur les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le deuxième, dont les négociations débutent lundi, se penche sur les impacts du réchauffement et la façon de s’y préparer (« l’adaptation »).

Il doit décliner ces conséquences sur tous les continents et dans tous leurs aspects: santé, sécurité alimentaire, pénurie d’eau, déplacement de populations, destruction des écosystèmes…

« Les besoins (pour ce rapport) n’ont jamais été plus importants, parce que les enjeux n’ont jamais été aussi élevés », a déclaré le président du Giec Hoesung Lee lors d’une brève session en ligne ouvrant deux semaines de négociations à huis-clos.

Environ « 4,5 milliards d’habitants de cette planète ont subi une catastrophe liée à un événement météo ces 20 dernières années », a ajouté le patron de l’Organisation météo mondiale Petteri Taalas, pointant du doigt les énergies fossiles qui ont « dopé » l’atmosphère en renforçant l’effet de serre.

Une version préliminaire du rapport, que l’AFP avait obtenue en juin dernier, montrait que la vie telle que nous la connaissons allait inéluctablement être transformée, à court terme.

Sur presque tous les continents, le monde voit déjà de ses propres yeux les catastrophes à l’œuvre. Comme l’an dernier avec les flammes ravageant l’Ouest américain, la Grèce ou la Turquie, des flots submergeant des régions d’Allemagne ou de Chine, ou un thermomètre qui frôle les 50°C au Canada.

« Bon coup de pied au… »

Et « nous savons (…) que la croissance des impacts climatiques dépasse de loin nos efforts pour s’y adapter », a insisté lundi la patronne de l’ONU-Environnement Inger Andersen, qualifiant ce nouveau rapport de « capital pour aider les décideurs mondiaux à dessiner les réponses aux impacts climatiques ».

Face à la litanie des catastrophes et à la nécessité de réduire les émissions de près de 50% d’ici à 2030 pour ne pas dépasser +1,5°C, le monde a promis lors de la COP26 de Glasgow en novembre d’accélérer la lutte contre le réchauffement et de financer plus les mesures d’adaptation.

« Pas assez » pour éloigner « la catastrophe climatique qui frappe toujours à la porte », avait réagi le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

Alors que les États sont appelés à renforcer leur ambition d’ici à la COP27 en Egypte fin 2022, « j’espère que ce rapport sera un bon coup de pied où je pense pour certains », a déclaré vendredi à l’AFP l’envoyé américain pour le climat John Kerry.

Il « va intégrer plus fortement les sciences économiques et sociales, et il fournira aux décideurs des données et des connaissances pour les aider à élaborer des politiques et prendre des décisions », a également espéré lundi Hoesung Lee.

C’est le 28 février que sera dévoilée cette nouvelle évaluation du Giec, après deux semaines de réunion virtuelle des 195 États membres qui passeront au crible, ligne par ligne, le « résumé pour les décideurs », condensé politiquement sensible des milliers de pages du rapport scientifique.

Évolution comparée au précédent rapport d’il y a sept ans, l’attention portée à l »adaptation », c’est-à-dire les solutions pour faire face aux impacts des dérèglements climatiques. Ce « n’est pas simplement une liste de courses de ce qui pourrait être fait, mais également une évaluation de l’efficacité et de la faisabilité » des mesures, a expliqué la semaine dernière Debra Roberts, co-présidente du groupe de 270 scientifiques ayant préparé ce rapport.

Mais « il y a des limites à l’adaptation », souligne à l’AFP le climatologue Laurent Bopp, un des auteurs du rapport, évoquant les risques de migrations importantes de populations.

« Dans certaines zones, si les températures dépassent des niveaux très élevés, la vie humaine n’est plus possible. Si dans certaines zones côtières, le niveau des mers monte de plus d’un mètre, la protection avec des digues n’est plus possible non plus ».

© AFP

La climatologue Corinne Le Quéré : « ce n’est pas parce qu’on n’a pas tout ce qui est nécessaire dans le Pacte de Glasgow qu’on n’avance pas »

Le climatologue Jean Jouzel à propos de la COP26 : « l’absence d’avancées sur des sujets cruciaux efface les progrès sur quelques points techniques »

Yann Arthus-Bertrand raconte sa COP26 de Glasgow

COP26 : Boris Johnson reconnaît une certaine « déception »

COP26 : les « bandes du climat », symbole alarmant de 170 ans de réchauffement

« Ça me ronge »: du Bangladesh au Nigeria, une génération angoissée par le climat

La COP26 engrange des engagements sur les énergies fossiles

Une avancée pour le climat à la Cop26 : une quarantaine de pays s’engagent à sortir du charbon d’ici 2030

La COP26 va s’engager à enrayer la déforestation

Quels enjeux pour la COP26 de Glasgow ?

Quels enseignements tirer de la crise du coronavirus pour le changement climatique, entretien avec le climatologue Jean Jouzel

Une taxe internationale progressive sur le carbone permettrait de réduire de 12 % les émissions mondiales de gaz à effet de serre

François Gemenne : « il y a beaucoup d’espoir et les planètes semblent alignées pour cette COP, mais rien ne garantit son succès »

Emmanuel Cappellin, réalisateur du documentaire Une fois que tu sais : « comment limiter collectivement ce qu’on ne sait plus s’interdire soi-même ? »

David Sepkoski : « l’anthropocène nous permet de transformer une histoire humaine, basée sur le capitalisme et l’impérialisme, en récit moralisateur sur les erreurs humaines »

L’humanité à l’aube de retombées climatiques cataclysmiques, selon le prochain rapport du GIEC

Sandrine Mathy, économiste de l’environnement au CNRS : « le problème est peut-être que les COP sont des négociations économiques qui ne disent pas leur nom »

Mathieu Merino : « Si l’Afrique se met à vraiment polluer, on sera victimes aussi de leurs émissions de gaz à effet de serre »

Qu’attend l’Afrique de la COP26 ?

Nicholas Stern : « il faut cesser d’avoir une vision parcellaire et étriquée de l’économie qui ignore les dégâts que nous causons »

On ne pourra pas achever la transition écologique sans réguler la mondialisation

À moins d’un mois de la COP26 à Glasgow, que retenir du sommet des jeunes pour le climat qui a eu lieu à Milan fin septembre ?

La charge de la dette externe, une entrave à l’action climatique des pays les plus pauvres

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Courty

    « Climat: « les enjeux n’ont jamais été aussi élevés »
    Idem pour le niveau de la surpopulation humaine qui – contrairement à l’idée tendant à se répandre, à l’initiative trompeuse des surnatalistes – ne cesse d’augmenter et promet de dépasser largement les 11 millards d’individus au début du prochain siècle, soit dans 80 ans.
    Relation de cause à effet ???

    • Guy J.J.P. Lafond

    Merci.
    il devra nécessairement y avoir une révolution économique mondiale. Le modèle capitaliste doit retourner à sa planche à dessin.
    Et les milliards de consommateurs devront faire des choix plus éclairés de manière à mieux prendre soin de la biodiversité et du Climat, de manière à faire preuve d’une meilleure conscience écologique.
    À fond l’action!
    @GuyLafond , @FamilleLafond
    Un bon papa et bon fonctionnaire fédéral qu’on a mis en prison en Ontario en 2019
    À nos vélos, à nos espadrilles de marche, à nos équipements de plein air. Car le temps file et car les enfants comptent.
    https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable/
    https://twitter.com/UNBiodiversity/status/1395129126814691329

Marjan Minnesma, pionnière de l’action climatique devant la justice primée par le prix Goldman 2022 : « les gouvernements ont un devoir de protection des citoyens face à la menace du changement climatique »

Lire l'article