Une avancée pour le climat à la Cop26 : une quarantaine de pays s’engagent à sortir du charbon d’ici 2030

charbon cop26 déclaration

Mine de charbon à ciel ouvert, Arizona, Etats-Unis (32°21’ N - 111°12’ O). © Yann Arthus-Bertrand

La « Déclaration mondiale sur le passage du charbon à l’énergie propre » a été présentée ce jeudi 4 novembre, dans le cadre de la Cop26 de Glasgow en Ecosse. Une quarantaine de pays, ainsi qu’une centaine d’organisations internationales s’engagent à abandonner le charbon d’ici 2030. Cet accord vise à éliminer progressivement le charbon de la production d’électricité. Combustible fossile le plus polluant, l’utilisation du charbon dans la production d’électricité est un des principaux facteurs d’émission de CO2, le principal gaz à effet de serre responsable du changement climatique. Pourtant, beaucoup de pays en sont encore très dépendants. La Chine, plus grand consommateur de charbon au monde, n’a cependant pas adhéré à la coalition et prévoit de nouvelles centrales au charbon. L’Inde, le Viet Nam prévoient de construire de nouvelles usines.

Une coalition prometteuse pour une sortie du charbon

Durant la Cop26, ces pays et organisations se sont engagés à abandonner le charbon comme source d’énergie et à ne plus financer ou construire de nouvelles usines à charbon pour produire de l’électricité. La France n’en fait pas partie, nous dit Alexandre Reza-Kokabi pour Reporterre. Des états dont la production d’électricité à partir du charbon est importante ont signé « la déclaration mondiale sur le passage du charbon à l’énergie propre ».

Des absents à l’appel

L’absence de la Chine en revanche ne passe pas inaperçue. Le charbon représente déjà près de 60 % de sa consommation électrique selon Reporterre, et une pénurie de matières premières « l’oblige » à augmenter sa production, malgré les enjeux climatiques que cela représente. Les Etats Unis ont également manqué à l’appel. Bien que l’exploitation du charbon soit en baisse dans le pays, les USA restent l’un des premiers consommateurs au monde avec la Chine, l’Afrique du Sud et l’Inde. L’Inde, qui, d’après Le Monde, produit près de 70 % de son électricité à partir du charbon. En 2019, le charbon représentait encore environ 37 % de la production d’électricité mondiale.

Transition énergétique / transition professionnelle

En plus de la question environnementale, se pose la question de l’emploi. En effet, en Bulgarie, l’un des pays les plus dépendants au charbon de l’Union Européenne, le secteur emploi près de 30.000 personnes, selon l’AFP. [En Bulgarie, les mineurs de charbon se préparent à un « désastre »]. L’incertitude de leur avenir face à ce secteur voué à disparaitre est aggravé par le manque de proposition des autorités pour la reconversion. En Afrique du Sud, c’est près de 100 000 emplois qui sont menacés d’ici 2030, selon l’Agence Ecofin.

Par Romane Pijulet

À lire aussi sur GoodPlanet Mag’ pour mieux comprendre la COP26

Quels enjeux pour la COP26 de Glasgow ?

Quels enseignements tirer de la crise du coronavirus pour le changement climatique, entretien avec le climatologue Jean Jouzel

Une taxe internationale progressive sur le carbone permettrait de réduire de 12 % les émissions mondiales de gaz à effet de serre

François Gemenne : « il y a beaucoup d’espoir et les planètes semblent alignées pour cette COP, mais rien ne garantit son succès »

Emmanuel Cappellin, réalisateur du documentaire Une fois que tu sais : « comment limiter collectivement ce qu’on ne sait plus s’interdire soi-même ? »

David Sepkoski : « l’anthropocène nous permet de transformer une histoire humaine, basée sur le capitalisme et l’impérialisme, en récit moralisateur sur les erreurs humaines »

L’humanité à l’aube de retombées climatiques cataclysmiques, selon le prochain rapport du GIEC

Sandrine Mathy, économiste de l’environnement au CNRS : « le problème est peut-être que les COP sont des négociations économiques qui ne disent pas leur nom »

Mathieu Merino : « Si l’Afrique se met à vraiment polluer, on sera victimes aussi de leurs émissions de gaz à effet de serre »

Qu’attend l’Afrique de la COP26 ?

Nicholas Stern : « il faut cesser d’avoir une vision parcellaire et étriquée de l’économie qui ignore les dégâts que nous causons »

On ne pourra pas achever la transition écologique sans réguler la mondialisation

À moins d’un mois de la COP26 à Glasgow, que retenir du sommet des jeunes pour le climat qui a eu lieu à Milan fin septembre ?

La charge de la dette externe, une entrave à l’action climatique des pays les plus pauvres

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Henri DIDELLE

    40 PAYS S’ENGAGENT A SORTIR DU CHARBON D’ICI 2030….
    Oui mais sans les US, la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud… qui vont continuer à se gaver pour ne pas contrarier leur croissance. Les petits pays vont continuer à souffrir et dans 20 ans on ne tolérera même plus qu’ils veuillent en faire autant…
    Aujourd’hui la solidarité c’est plutot: « Après moi, le déluge ».

    • Michel Cerf

    Absoljument , et de toute façon s’engager s’est renoncer .

22,5 degrés en décembre : nouvelle chaleur record dans l'Ouest canadien

Lire l'article