COP26 : les « bandes du climat », symbole alarmant de 170 ans de réchauffement

Des bandes de couleur représentant 170 ans de réchauffement climatique créées par le climatologue Ed Hawkins, lors de la COP26, le 9 novembre 2021 à Glasgow, en Ecosse © AFP Paul ELLIS

Reading (Royaume-Uni) (AFP) – Du bleu froid au rouge suffoquant, des bandes de couleur représentant 170 ans de réchauffement climatique d’un seul coup d’oeil sont devenues un symbole incontournable à la COP26 à Glasgow.

Retraçant l’évolution des températures moyennes dans le monde entre 1850 et 2020, ces rayures se retrouvent lors d’expositions sur le développement durable, sur masques et vêtements, et même sur les murs de la cafeteria du sommet, qui se tient jusqu’à la fin de la semaine dans la deuxième ville écossaise.

Son créateur, le climatologue Ed Hawkins, a lui-même jugé « stupéfiant » de retrouver l’image partout lors du sommet à Glasgow, auquel il s’est rendu la semaine dernière.

« C’est un visuel très dur, qui traduit très simplement et très vite le fait que la planète s’est réchauffée très rapidement », a déclaré à l’AFP le Pr Hawkins, à l’université anglaise de Reading (sud) où il a créé le dessin.

A chacune des « bandes du climat » ou « bandes chauffantes », noms sous lesquels l’image est désormais connue, correspond une année dont la température est représentée par une couleur, de gauche à droite.

Du bleu de plus en plus clair au rouge de plus en plus foncé, « c’est une représentation frappante de la manière dont la planète s’est réchauffée, particulièrement ces 30 ou 40 dernières années », explique le scientifique.

L’idée lui est venue lors de la préparation d’un festival littéraire au Pays de Galles : « le public a immédiatement reconnu de quoi il s’agissait ».

« Beaucoup comprennent graphiques scientifiques et chiffres », mais beaucoup d’autres « trouvent ça difficile », « avoir un éventail de possibilités pour communiquer à des publics différents est absolument essentiel ».

Avec l’aide de la campagne en ligne sous le mot d’ordre #ShowYourStripes, les bandes du Pr Hawkins sont apparues à des concerts de rock ou lors de la semaine de la mode de Londres.

Si de telles apparitions sont plutôt inattendues pour le travail d’un scientifique, elles suscitent la discussion dans des endroits qui le sont tout autant.

« Il faut qu’on parle de la crise climatique tous les jours, qu’elle fasse partie de notre conversation nationale, car c’est comme ça qu’on peut faire que les gens répondent aux défis qui se présentent devant nous », insiste Ed Hawkins, « c’est pour ça que c’est formidable » de voir ces bandes « utilisées par des groupes de tricot, de rock, ou des créateurs de mode pour commencer des discussions ».

© AFP

30 minutes pour comprendre la COP 26 ! à la Fondation GoodPlanet par Matthieu Jousset, directeur d’Action Carbone Solidaire. Samedi 13 novembre 2021 15h30 à  16h15

Également sur GoodPlanet mag’ :

La montage des promesses pour le climat « accouche d’une souris » selon l’ONU

COP26 : à mi-parcours, l’écart Nord Sud toujours béant

La COP26 est un échec, juge Greta Thunberg devant des milliers de jeunes à Glasgow

 

6 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Balendard

    Concernant l’Afrique, pour finir le seul grand continent qui n’ait pas suivi l’exemple des pays dits développés le soleil pourrait être la solution

    Voir les pages 55 à 59 de
    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/6cartographie.pdf

    Une façon comme une autre d’effacer notre dead qui la vie de l’Algérie serait de participer à l’action

    • Balendard

    Excuse lire

    Une façon comme une autre d’effacer notre dette vis à vis de l’Algérie serait de participer à l’action

    • Francis

    La France n’a aucune dette vis à vis de l’Algérie. Ensuite le réchauffement constaté depuis 170 ans est d’origine naturelle après le petit âge glacière des 17ème et 18ème siècles.

    • Serge Rochain

    Le Soleil est LA solution pour toute la planète, pas que pour l’Afrique.
    Le réchauffement actuel à la vitesse où il se produit n’a rien de naturel, il est spécifiquement lié aux activités humaines qui sont dévastatrices pour l’état de la planète, tout comme la mer d’Aral dont l’asséchement n’a rien de naturel, et mille autres exemples. les phénomènes naturelles existent bien mais se déroulent à de toutes autres échelles de temps.

    • Dehousse Marc

    Ça pourrait faire un chouette drapeau pour la France en l’adaptant au niveau d’échauffement que nous provoquons !

    • Michel Cerf

    Sur ce sujet je rejoins les propos de Mr. Rochain .

L’essayiste Renaud Duterme, auteur de Pénuries, quand tout vient à manquer : « il ne faut pas seulement un projet de démondialisation mais plutôt un projet d’autonomisation. »

Lire l'article

Climat : les risques météorologiques coûtent déjà 0,4% de PIB aux Etats-Unis, selon Swiss Re

Lire l'article