Accord sur le fil à la COP26 pour accélérer la lutte contre le réchauffement

pacte de glasgow cop26

Le président britannique de la COP26, Alok Sharma, le 13 novembre 2021 à Glasgow © AFP Paul ELLIS

Glasgow (AFP) – Les 200 pays de la COP26 ont adopté samedi un accord pour accélérer la lutte contre le réchauffement de la planète, sans assurer de le contenir à 1,5°C ni répondre aux demandes d’aide des pays pauvres.

Baptisé « Pacte de Glasgow pour le climat », le texte a été adopté à l’issue de deux semaines de négociations éprouvantes, d’un coup de marteau du président britannique de la conférence mondiale pour le climat, Alok Sharma.

Témoignant de la difficulté à aboutir à cet accord, le président de la COP26 s’est dit d’une voix émue et les larmes aux yeux « profondément désolé » pour des changements de dernière minute introduits sur la question des énergies fossiles à la demande de la Chine et de l’Inde. Il avait plus tôt estimé que l’accord « inaugure une décennie d’ambition croissante » en matière de climat.

Sur le point critique de la limitation des températures, alors que la planète se trouve selon l’ONU sur une trajectoire « catastrophique » de réchauffement de 2,7°C par rapport à l’ère pré-industrielle, le texte appelle les Etats membres à relever leurs engagements de réductions plus régulièrement que prévu dans l’accord de Paris, et ce dès 2022.

Mais avec la possibilité d’aménagements pour « circonstances nationales particulières », point qui a suscité les critiques des ONG sur les ambitions réelles du texte.

Le compromis trouvé n’assure d’ailleurs pas le respect des objectifs de l’accord de Paris, limiter le réchauffement « bien en deçà » de 2°C et si possible à 1,5°C.

Mais il offre des perspectives permettant à la présidence britannique d’afficher un succès sur son objectif de voir Glasgow « garder 1,5 en vie ». Les experts avertissent régulièrement que « chaque dixième de degré compte » alors que se multiplient déjà les catastrophes liées au changement climatique: inondations, sécheresses ou canicules, avec leur cortège de dégâts et de victimes.

« C’est mou »

« C’est mou, c’est faible, et l’objectif de 1,5°C est à peine en vie, mais il y a un signal sur la fin de l’ère du charbon. Et c’est important », a commenté Jennifer Morgan, patronne de Greenpeace International.

Le texte contient également une mention, inédite à ce niveau, des énergies fossiles, principales responsables du réchauffement de la planète et qui ne sont même pas citées dans l’accord de Paris.

La formulation a été atténuée au fil des versions et jusqu’à l’ultime minute avant l’adoption en plénière, à l’insistance notamment de la Chine et de l’Inde. La version finale appelle à « intensifier les efforts vers la réduction du charbon sans systèmes de capture (de CO2) et à la sortie des subventions inefficaces aux énergies fossiles ». Une « pilule amère à avaler », mais acceptée « pour le bien commun », a regretté la représentante du Liechtenstein.

Après un échec aux deux dernières COP, celle-ci a d’autre part réussi à mettre la dernière main aux règles d’utilisation de l’accord de Paris, notamment sur le fonctionnement des marchés carbone censés aider à réduire les émissions.

Le dossier explosif de l’aide aux pays pauvres, qui a un temps semblé pouvoir faire dérailler les négociations, n’a par contre pas trouvé de résolution.

Echaudés par la promesse toujours non tenue des plus riches de porter à partir de 2020 leur aide climat au Sud à 100 milliards de dollars par an, les pays pauvres, les moins responsables du réchauffement mais en première ligne face à ses impacts, demandaient un financement spécifique des « pertes et préjudices » qu’ils subissent déjà.

« Greenwashing »

Mais les pays développés, au premier rang desquels les Etats-Unis, qui redoutent de possibles conséquences juridiques, s’y sont fermement opposés.

Et à contrecoeur, les pays pauvres ont cédé, acceptant une poursuite du dialogue afin ne pas perdre les avancées sur la lutte contre le réchauffement, dont les effets les menacent déjà directement. Tout en se disant « extrêmement déçus ».

« C’est une insulte aux millions de personnes dont les vies sont ravagées par la crise climatique », a commenté Teresa Anderson, de l’ONG ActionAid International.

L’égérie du mouvement mondial des jeunes pour le climat, Greta Thunberg, n’était pas plus tendre, dénonçant sur Twitter « un tsunami de greenwashing » pour tenter de faire passer ce Pacte de Glasgow pour « un pas dans la bonne direction ».

© AFP

À lire aussi sur GoodPlanet Mag’ pour mieux comprendre la COP26

Yann Arthus-Bertrand raconte sa COP26 de Glasgow

COP26 : les « bandes du climat », symbole alarmant de 170 ans de réchauffement

Yann Arthus-Bertrand : « le jour où l’un des gorilles de Dian Fossey a soigné mon lumbago »

« Ça me ronge »: du Bangladesh au Nigeria, une génération angoissée par le climat

La COP26 engrange des engagements sur les énergies fossiles

Une avancée pour le climat à la Cop26 : une quarantaine de pays s’engagent à sortir du charbon d’ici 2030

La COP26 va s’engager à enrayer la déforestation

Quels enjeux pour la COP26 de Glasgow ?

Quels enseignements tirer de la crise du coronavirus pour le changement climatique, entretien avec le climatologue Jean Jouzel

Une taxe internationale progressive sur le carbone permettrait de réduire de 12 % les émissions mondiales de gaz à effet de serre

François Gemenne : « il y a beaucoup d’espoir et les planètes semblent alignées pour cette COP, mais rien ne garantit son succès »

Emmanuel Cappellin, réalisateur du documentaire Une fois que tu sais : « comment limiter collectivement ce qu’on ne sait plus s’interdire soi-même ? »

David Sepkoski : « l’anthropocène nous permet de transformer une histoire humaine, basée sur le capitalisme et l’impérialisme, en récit moralisateur sur les erreurs humaines »

L’humanité à l’aube de retombées climatiques cataclysmiques, selon le prochain rapport du GIEC

Sandrine Mathy, économiste de l’environnement au CNRS : « le problème est peut-être que les COP sont des négociations économiques qui ne disent pas leur nom »

Mathieu Merino : « Si l’Afrique se met à vraiment polluer, on sera victimes aussi de leurs émissions de gaz à effet de serre »

Qu’attend l’Afrique de la COP26 ?

Nicholas Stern : « il faut cesser d’avoir une vision parcellaire et étriquée de l’économie qui ignore les dégâts que nous causons »

On ne pourra pas achever la transition écologique sans réguler la mondialisation

À moins d’un mois de la COP26 à Glasgow, que retenir du sommet des jeunes pour le climat qui a eu lieu à Milan fin septembre ?

La charge de la dette externe, une entrave à l’action climatique des pays les plus pauvres

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Courty

    Rien de sérieux ne se fera sans que soit traitée la dimension démographique des problèmes posés à l’humanité et à son habitat.

    • Guy J.J.P. Lafond

    Je suis Canadien et j’ai honte de cette déclaration finale obtenue à la COP26.
    Je comprends que le Canada n’a pas usé de toute son influence à la COP26 pour changer le cours de l’histoire.
    Je constate que le Canada a été fidèle à sa réputation de pays pétrolier peu enclin à changer cet ordre mondial malsain basé d’abord sur la combustion excessive de pétrole et de charbon et basé ensuite sur la production toujours plus grande de véhicules de tout genre et sur la construction de plus en plus d’autoroutes au détriment de la biodiversité et des terres agricoles.
    À suivre,
    t: @GuyLafond – @FamilleLafond
    À nos vélos, à nos espadrilles de marche, à nos vêtements de plein-air! Car le temps file et car les enfants comptent.
    https://twitter.com/UNBiodiversity/status/1395129126814691329

Alerte à la chaleur en Angleterre, les restrictions sur la consommation d'eau s'étendent

Lire l'article