Pékin sous un nuage de pollution en pleine COP26

pollution pekin

Le quartier d'affaires de Pékin dans un brouillard de pollution, le 5 novembre 2021 © AFP JADE GAO

Pékin (AFP) – La ville de Pékin a fermé vendredi ses cours de récréation pour cause de pollution atmosphérique, au moment où la Chine accroît sa production de charbon en pleine COP26 sur le changement climatique.

La Chine, premier pollueur mondial, est sous le feu des critiques à la conférence internationale en cours à Glasgow, du fait de l’absence du président Xi Jinping.

Au moment où les Etats doivent négocier une réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre, la Chine a annoncé cette semaine qu’elle avait augmenté d’un million de tonnes par jour sa production de charbon.

Le pays, qui dépend à 60% de la houille pour sa production d’électricité, fait face ces derniers mois à des coupures de courant et a accru en conséquence son extraction de charbon.

Dans ce contexte, un épais brouillard recouvrait vendredi la capitale chinoise, où la visibilité était réduite à 200 mètres par endroit selon la météo nationale.

Des sections d’autoroutes à destination des grandes villes du pays étaient fermées pour cause de visibilité insuffisante.

Les autorités locales ont mis le phénomène sur le compte « de conditions météorologiques défavorables et d’une propagation régionale de la pollution », précisant que l’épisode devrait se poursuivre au moins jusqu’à samedi soir.

Mais « la cause fondamentale du brouillard de pollution dans le Nord de la Chine, c’est la combustion d’énergie fossile », a assuré à l’AFP Li Danqing, de l’association écologiste Greenpeace.

« Très malsain »

Les écoles de la capitale ont reçu l’ordre de suspendre les cours de sport ainsi que toutes les activités de plein air.

La présence des particules fines était évaluée aux alentours de 230, soit un niveau « très malsain », par l’ambassade des Etats-Unis à Pékin, alors que l’OMS recommande de ne pas dépasser le seuil de 15.

La pollution atmosphérique s’est nettement atténuée ces dernières années à Pékin, qui doit accueillir les Jeux olympiques d’hiver en février prochain.

Mais l’arrivée du froid a conduit cette année à allumer précocement le chauffage dans les régions du Nord du pays, alimentant la pollution.

Interrogés, des Pékinois semblaient tout ignorer de la conférence de l’ONU sur le climat et ne pas s’inquiéter outre mesure de l’épisode de pollution.

« Ces dernières années, la qualité de l’air a été très bonne, avec très peu de jours de brouillard », a déclaré une habitante, Song Ximeng. « Ce genre de choses arrive rarement ».

Absent de Glasgow, le président Xi s’est adressé à la conférence via un discours écrit. Il en a profité pour appeler les pays riches à aider davantage les pays en développement à lutter contre le changement du climat.

Il n’a pas annoncé de nouveaux objectifs climatiques pour son pays. L’an dernier, il avait promis que la Chine atteindrait un « pic » d’émissions polluantes en 2030, avant de parvenir à la neutralité carbone en 2060.

Mais le président américain Joe Biden s’en est vivement pris mardi à Xi Jinping, estimant qu’il avait commis « une grave erreur » en ne venant pas en Ecosse et que la Chine ne pouvait « prétendre » à un quelconque rôle dirigeant en « tournant le dos » à la crise climatique.

Pékin a qualifié ces propos de « creux ».

© AFP

À lire aussi sur GoodPlanet Mag’ pour mieux comprendre la COP26

Une avancée pour le climat à la Cop26 : une quarantaine de pays s’engagent à sortir du charbon d’ici 2030

La COP26 va s’engager à enrayer la déforestation

L’éco anxiété : une inquiétude grandissante face à un avenir incertain

Quels enjeux pour la COP26 de Glasgow ?

Quels enseignements tirer de la crise du coronavirus pour le changement climatique, entretien avec le climatologue Jean Jouzel

Une taxe internationale progressive sur le carbone permettrait de réduire de 12 % les émissions mondiales de gaz à effet de serre

François Gemenne : « il y a beaucoup d’espoir et les planètes semblent alignées pour cette COP, mais rien ne garantit son succès »

Emmanuel Cappellin, réalisateur du documentaire Une fois que tu sais : « comment limiter collectivement ce qu’on ne sait plus s’interdire soi-même ? »

David Sepkoski : « l’anthropocène nous permet de transformer une histoire humaine, basée sur le capitalisme et l’impérialisme, en récit moralisateur sur les erreurs humaines »

L’humanité à l’aube de retombées climatiques cataclysmiques, selon le prochain rapport du GIEC

Sandrine Mathy, économiste de l’environnement au CNRS : « le problème est peut-être que les COP sont des négociations économiques qui ne disent pas leur nom »

Mathieu Merino : « Si l’Afrique se met à vraiment polluer, on sera victimes aussi de leurs émissions de gaz à effet de serre »

Qu’attend l’Afrique de la COP26 ?

Nicholas Stern : « il faut cesser d’avoir une vision parcellaire et étriquée de l’économie qui ignore les dégâts que nous causons »

On ne pourra pas achever la transition écologique sans réguler la mondialisation

À moins d’un mois de la COP26 à Glasgow, que retenir du sommet des jeunes pour le climat qui a eu lieu à Milan fin septembre ?

La charge de la dette externe, une entrave à l’action climatique des pays les plus pauvres

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel Cerf

    Ce qui est creux c’est le cerveau du dirigeant chinois ….

    • José Monteiro

    Não serei eu quem vai desembainhar minha espada contra a China e não sou especialista em coisa alguma, muito menos em geopolítica de qualquer espécie! Mas é natural que a China seja o maior poluidor, sendo 1/3 da Humanidade e produzindo para o Mundo inteiro! Quantas são as empresas europeias que têm a sua maior produção na China? É barato produzir na China e é um mercado apetecível! Não atireis pedras ao ar se tendes telhados de vidro! Olhem para o caos Europeu e parta
    o UK em particular!

Alerte à la chaleur en Angleterre, les restrictions sur la consommation d'eau s'étendent

Lire l'article