L’éco anxiété : une inquiétude grandissante face à un avenir incertain

manifestations climat éco anxiété

Une manifestante brandit une affiche “Une autre fin du monde est possible » pendant que la jeunesse, principalement des lycéens, a manifesté le 1er mars 2019 contre le changement climatique, dans le cadre d’un mouvement européen qui a vu des manifestations en Belgique, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Suède. (Photo by JACQUES DEMARTHON / AFP)

Éco anxiété, dépression climatique, solastalgie ou burn-out bio, l’angoisse face à l’avenir écologique a plusieurs noms qui recouvrent une seule réalité : celle de l’inquiétude face à un avenir incertain. Les crises climatiques et environnementales rendent confuse et angoissante la perception de l’avenir de la planète et de ses habitants. Le manque de perspectives face aux catastrophes annoncées déclenche chez certaines personnes une grande anxiété qui devient handicapante dans les tâches du quotidien et dans la construction de leur vie.

L’éco anxiété a commencé à être décelée chez les personnes travaillant dans le domaine de l’écologie, comme les activistes ou les journalistes spécialisés. « En tant que journaliste spécialisée en écologie pendant 15 ans, je suis tombée en éco-dépression », raconte Laure Noualhat, auteure du livre Comment rester écolo sans finir dépressif. Aujourd’hui, l’éco anxiété touche de plus en plus de personnes, fervents militants ou pas.

L’éco anxiété alimentée par de nombreuses incertitudes sur le futur

Pour 75 % des jeunes entre 16 et 25 ans, l’avenir est terrifiant, selon l’étude du Lancet menée dans 10 pays. Pour 83 % des jeunes interrogés, c’est l’humain qui est en cause en n’ayant pas fait assez pour la planète. Les catastrophes naturelles, l’augmentation de la température et la montée des eaux sont des preuves de plus en plus visibles du dérèglement climatique. L’inquiétude monte à mesure que la réalité du changement climatique se concrétise.

L’éco anxiété touche ainsi de plus en plus de personnes. « Les gens réalisent que ce n’est pas pour demain, le changement climatique et ses conséquences sont aujourd’hui », déclare Charline Schember, psychothérapeute.

Le spleen de l’Accord de Paris

Des professionnels de la santé mentale se spécialisent dans l’étude de cette nouvelle affliction. En France et aux États-Unis, des psychiatres se regroupent afin de créer des formations pour leurs collègues et faire des études sur l’éco anxiété. Dans un article de The Guardian, un psychiatre américain témoigne sur sa non-préparation à la gestion de cette nouvelle forme d’angoisse. Beaucoup de ses confrères ressentent le même sentiment d’impuissance face à un nouveau problème qu’ils n’avaient jamais rencontré, alors que l’Association Américaine de Psychiatrie a reconnu le dérèglement climatique comme une véritable menace pour la santé mentale.

[https://www.theguardian.com/environment/2021/apr/20/climate-emergency-anxiety-threapists]

Charline Schember a décidé de faire de son site et de son cabinet un lieu où les personnes peuvent se renseigner sur l’éco anxiété et en parler à une professionnelle. 80 % de sa patientèle vient la voir pour apprendre à vivre avec l’éco anxiété. « À chaque fois qu’il y a un nouveau fait dans l’actualité climatique, comme le rapport du Giec le 9 août, il y a une augmentation de la prise de rendez-vous », explique la psychothérapeute, « L’inquiétude des personnes se révèle souvent à un moment charnière de leurs vies comme les études ou la décision d’avoir un enfant ».

L’acceptation d’un monde nouveau et incertain

 « Il faut faire le deuil du 20ème siècle, du Just Do It », explique Laure Noualhat. L’auteure expose que l’acceptation de cette réalité est ce qui prend le plus de temps. Il est nécessaire de passer par chacune des étapes de ce deuil avant d’arriver à vivre avec. Se concentrer sur le présent et sur ce que l’on peut faire à son échelle sont deux des solutions pour réussir à contenir l’éco anxiété. L’action, quelle qu’elle soit (engagement politique, engagement dans une association, militantisme, gestes quotidiens), permet de se concentrer sur le présent et surtout de ne plus imaginer l’avenir comme inexistant. Si l’on se bat c’est pour un but réel, ce n’est pas vain.

Afin de pouvoir agir et surtout de comprendre ce qui arrive, Laure Noualhat conseille également de se reconnecter à la nature. Dans une précédente interview à GoodPlanet Mag’, le militant écolo et cinéaste Cyril Dion a développé le même point de vue : « Le fait d’être dans un monde très artificialisé ne nous aide pas à comprendre à quel point on a besoin de la biodiversité.[…] Je pense que le désintérêt vient de l’éloignement voire de la déconnexion avec la nature. »

Enfin, il faut en parler. Trouver des gens qui ressentent la même chose et qui comprennent cette angoisse est primordial pour l’accepter et la transformer en énergie pour agir. Cette angoisse est normale face à un futur incertain. « Avoir de l’éco anxiété prouve que l’on est sain d’esprit, lucide », déclare Laure Noualhat.

Pauline Izabelle

Solastalgie et thermomètre mouillé : quand le réchauffement climatique change le langage

Eco anxiété : nouveau mot pour de nouveaux maux

La règle des 5R pour lutter contre l’éco anxiété !

Ecolo sans dépression : la recommandation littéraire de Sophie

Cyril Dion : « le désintérêt pour la biodiversité vient de l’éloignement voire de la déconnexion avec la nature »

Entretien avec Cyril Dion sur le climat : « l’inertie des systèmes politiques et le poids des intérêts privés ont empêché les changements, c’est un problème de système démocratique défaillant face à l’urgence écologique.»

Les collapsologues Pablo Servigne et Raphaël Stevens : « c’est un sevrage très dur qui nous attend car tout le monde est drogué aux énergies fossiles »

Propositions pour un retour sur Terre de Dominique Bourg, Philippe Desbrosses, Gauthier Chapelle, Johann Chapoutot, Xavier Ricard-Lanata, Pablo Servigne et Sophie Swaton

À moins d’un mois de la COP26 à Glasgow, que retenir du sommet des jeunes pour le climat qui a eu lieu à Milan fin septembre ?

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Marc Moynot

    Eco-anxiété, il y a de quoi.
    Humano-anxiété, il y a tout autant de quoi.
    Une poignée de guignols (synonymes: mauvais garçons, oligarques, archontopithèques, gouverneurs de lobbies) possèdent le pouvoir économique et politique, contrôlent l’information, nous manipulent, détruisent nos libertés, cherchent à nous manipuler génétiquement pour nous rendre dociles, en même temps que le sort de la Terre leur est indifférent. Le pouvoir absolu est antinomique de la sensibilité au réel.
    Ces deux anxiétés sont issues des situations absurdes que les guignols ont efficacement mises en place au fil des siècles.
    Il existe une clé à cette situation globale: cette clé s’appelle l’expérience de la dualité, la prévalence de l’ego, qui est ce que nous avons choisi de vivre (à l’origine) et que nous vivons encore actuellement sur la Terre
    Nous nous sommes laissé enfermer dans le mental, dans une civilisation déconnectée du sensible: nous-mêmes, la nature, le moment présent (en connexion spontanée).
    Nous payons actuellement les conséquences de cette option, vivre l’expérience de la dualité.
    Mais, pas de panique: cette option était légitime, et, surtout, sa nature est illusoire (en regard de l’immense richesse de notre monde intérieur, de l’intangible, le l’intemporel, de la Lumière que nous sommes).
    Nous sommes arrivés à la fin des temps linéaires, à la réalisation du Serment et de la Promesse.
    Ce qui est apaisant, qui fait s’évanouir l’anxiété, c’est de connaitre notre Véritable Nature, parfaite et hors du temps.
    Notre intériorité en est le siège.
    Le Moment Présent, manifestation permanente de l’Intemporel, est notre recours.
    La reconnexion à la nature, à autrui, à nous-mêmes sont de gros atouts.
    La Vérité que nous sommes nous met à l’abri de toute anxiété, laquelle nait d’une simple illusion.
    Tout cela va finir bientôt, oui, mais dans un énorme éclat de rire, comme le dit Omram Aïvanhov.
    Comme disait Rabelais: « le rire est le propre de l’homme »; l’ego, la matière et la forme sont sa grande illusion.
    Confiance: tout cela va finir en Apothéose.

    • Balendard

    Le proverbe chinois qui dit « le père sème, le fils récolte » serait-il en défaut:?

    Ceci dans la mesure ou le grand père que je suis, rongé par l’inquiétude face à l’immobilisme actuel devant notre avenir incertain, viens d’attraper un zona,

Marin des glaces, épisode 4 : des phoques, des manchots Adélie, des pétrels géants, des hommes et des souvenirs d’explorateurs

Lire l'article