L’Australie s’engage à vendre du charbon pendant encore « des décennies »

australie vendre du charbon

Mine de charbon à Singleton, dans la Hunter Valley en Australie, le 18 novembre 2015 © AFP/Archives William WEST

Sydney (AFP) – L’Australie a affirmé lundi qu’elle continuera à vendre du charbon pendant « des décennies » après avoir rejeté un accord visant à abandonner progressivement ce combustible fossile polluant afin de limiter le changement climatique.

Une quarantaine de pays se sont engagés à sortir du charbon dans les décennies à venir, lors de la conférence climat cruciale COP26 de Glasgow.

L’Australie, comme plusieurs pays grands consommateurs de charbon tels que la Chine et les Etats-Unis, n’a pas signé cet engagement.

« Nous avons très clairement dit que nous ne fermerons pas nos mines de charbon ni nos centrales à charbon », a martelé le ministre australien des Ressources, Keith Pitt à la chaîne ABC.

Défendant la décision australienne, M. Pitt a assuré que son pays bénéficiait de la meilleure qualité de charbon au monde.

« Et c’est pourquoi nous continuerons d’avoir des marchés pendant des décennies à l’avenir. Et s’ils achètent… bien, nous vendons ».

La demande en charbon doit augmenter jusqu’en 2030, a assuré le ministre.

« Si nous ne remportons pas ce marché, quelqu’un d’autre le remportera », a-t-il ajouté.

« Je préférerais de loin qu’il s’agisse d’un produit australien de haute qualité, qui fournit des emplois australiens et construit l’économie australienne, plutôt que d’un (charbon) venant d’Indonésie, de Russie ou d’ailleurs ».

L’Australie, un des plus grands producteurs de charbon et de gaz naturel au monde, a connu ces dernières années des événements extrêmes -sécheresses, feux de forêts et inondations- amplifiés par le changement climatique.

Le gouvernement de Scott Morrison a dévoilé le mois dernier un objectif de neutralité carbone en 2050, mais ce plan a été critiqué pour son manque de détails et le fait qu’il repose en grande partie sur des innovations technologiques encore inconnues.

Le Minerals Council of Australia, qui représente les grands groupes miniers comme BHP et Rio Tinto, a estimé que l’objectif de 2050 est atteignable moyennant un lourd investissement dans les technologies.

Selon M. Pitt, près de 300.000 emplois australiens reposent sur le secteur du charbon. Le Minerals Council of Australia avance pour sa part les chiffres de 50.000 emplois directs et 120.000 emplois indirects.

Les grands groupes assurent qu’ils se désengagent des combustibles fossiles les plus polluants.

Dans ce cadre là, BHP a annoncé lundi qu’elle avait vendu sa participation de 80% dans une mine de charbon métallurgique dans l’État du Queensland, dans l’est du pays, à Stanmore Resources, pour un montant d’au moins 1,2 milliard de dollars américains.

« A l’heure où le monde se décarbonise, BHP se concentre davantage sur la production de charbon métallurgique de qualité supérieure, recherché par les sidérurgistes mondiaux, afin d’améliorer l’efficacité et de réduire les émissions », a déclaré Edgar Basto, responsable de l’exploitation minière australienne chez BHP, dans un communiqué.

© AFP

À lire aussi sur GoodPlanet Mag’ pour mieux comprendre la COP26

A mi-parcours, la COP26 partagée entre louanges et désillusions

« Ça me ronge »: du Bangladesh au Nigeria, une génération angoissée par le climat

La COP26 engrange des engagements sur les énergies fossiles

Une avancée pour le climat à la Cop26 : une quarantaine de pays s’engagent à sortir du charbon d’ici 2030

La COP26 va s’engager à enrayer la déforestation

Quels enjeux pour la COP26 de Glasgow ?

Quels enseignements tirer de la crise du coronavirus pour le changement climatique, entretien avec le climatologue Jean Jouzel

Une taxe internationale progressive sur le carbone permettrait de réduire de 12 % les émissions mondiales de gaz à effet de serre

François Gemenne : « il y a beaucoup d’espoir et les planètes semblent alignées pour cette COP, mais rien ne garantit son succès »

Emmanuel Cappellin, réalisateur du documentaire Une fois que tu sais : « comment limiter collectivement ce qu’on ne sait plus s’interdire soi-même ? »

David Sepkoski : « l’anthropocène nous permet de transformer une histoire humaine, basée sur le capitalisme et l’impérialisme, en récit moralisateur sur les erreurs humaines »

L’humanité à l’aube de retombées climatiques cataclysmiques, selon le prochain rapport du GIEC

Sandrine Mathy, économiste de l’environnement au CNRS : « le problème est peut-être que les COP sont des négociations économiques qui ne disent pas leur nom »

Mathieu Merino : « Si l’Afrique se met à vraiment polluer, on sera victimes aussi de leurs émissions de gaz à effet de serre »

Qu’attend l’Afrique de la COP26 ?

Nicholas Stern : « il faut cesser d’avoir une vision parcellaire et étriquée de l’économie qui ignore les dégâts que nous causons »

On ne pourra pas achever la transition écologique sans réguler la mondialisation

À moins d’un mois de la COP26 à Glasgow, que retenir du sommet des jeunes pour le climat qui a eu lieu à Milan fin septembre ?

La charge de la dette externe, une entrave à l’action climatique des pays les plus pauvres

Ecrire un commentaire

22,5 degrés en décembre : nouvelle chaleur record dans l'Ouest canadien

Lire l'article