La retraite au vert ou la vie à la ferme, une alternative aux EPHAD

Un homme âgé de 74 ans, veut et en perte d’autonomie, Heinz-Dieter Herper quitte son domicile pour aller vivre dans une ferme réaménagée en maison de retraite. Cet établissement d’accueil pour personnes âgées situé en Allemagne est loin d’être un banal EPHAD puisqu’il permet aux résidents de vivre ensemble avec les animaux de la ferme et de prendre part à certaines activités agricoles. Voilà le point de départ de ce reportage d’une demi-heure d’Arte (visible jusque fin avril 2021) qui revient sur la retraite au vert, ainsi que sur « l’agriculture sociale » parfois aussi appelée le « green care ». Il existerait une trentaine de fermes transformées en maisons de retraite en Allemagne, une idée venue de Norvège où on en compte déjà une centaine. En 2008, le gérant d’une petite exploitation transforme sa ferme en maison de retraite afin de permettre à sa grand-mère de continuer à y vivre puis propose, pour 600 à 1500 euros par mois, à d’autres retraités de s’y installer. Au moment où les EPHAD sont critiqués pour leurs coûts, les affaires de mauvais traitement et l’isolement, et si passer ses vieux jours à la campagne était une alternative ? Ce reportage présente les avantages pour les exploitants et la vie rurale. En effet, les petites exploitations agricoles ont de plus en plus de mal à s’en sortir, mais cette nouvelle activité leur offre des perspectives économiques dans une Euripe où 1 personne sur 4 a plus de 60 ans. Le « green care » (ou thérapie par la nature) implique de repenser le rapport aux animaux d’élevage et mise sur le rapport à la nature et les liens sociaux pour veiller au bien-être et à la santé de nos ainés.

Michel Vampouille, président de Terre de Liens : « la revalorisation des métiers de base qui nous permettent de vivre est indispensable dans tous les secteurs de la société y compris dans l’agriculture »

Près de Chartres, les Petits Explor’Acteurs, une école maternelle dans les bois

Vers une couverture santé universelle

Chérir les arbres pour rendre les villes plus écologiques et plus saines

Coup de gueule : éleveur de vaches laitières en France = esclave

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • frédérique Berthier-Guillot

    Quel formidable avenir qu’ une retraite verte à la ferme , c’est apporter un bien être mentale et financier évidents aux personnes matures comme aux petits exploitants qui peinent tant actuellement . Mais voilà , il est à parier que ce projet n’est pas pour demain en France et quel dommage !!!

    • Martine

    Bonjour à tous,
    J’avais enregistré ce très beau document faisant partie des excellents reportages « Arte Regards ».
    Comme souvent, notre pays est en retard à mettre en place une formule simple, créant bien-être, épanouissement et maintien des connections avec le vivant. Tous ces éléments ne peuvent que favoriser un vieillissement heureux et paisible.
    Espérons que beaucoup de jeunes accueilleront avec bienveillance dans leurs fermes.
    A encourager absolument !
    Si un site existe déjà, merci de nous le faire connaître. Amitiés.

    • Eric PAUL

    Bonjour,
    nous essayons de faire émarger cela via notre association Binettes et Compagnie, sous le format d’un habitat inclusif intergénérationnel dans le village de St-Antoine-l’Abbaye (Isère 38).
    Nous proposons un accueil d’adultes en situation de handicap mental, ainsi que du logement locatif social, le tout avec du personnel qui propose des activités de maraîchage en permaculture.
    Nous travaillons depuis 4 ans déjà à ce projet et les obstacles et complications sont nombreuses, mais à force de générosité et de motivation, nous arrivons cette année dans la dernière ligne droite du projet.
    Si vous souhaitez en savoir plus, nous soutenir ou nous rejoindre, nous avons un site internet qui présente en détails le projet, son actualité et nos actions complémentaires.

    Eric Paul, pour Binettes et Compagnie,
    http://www.binettesetcompagnie.fr

    • Martine

    Bonjour Eric,
    Merci d’avoir signalé cette initiative très intéressante.
    Je vais visiter votre site.
    J’image que la multiplicité des profils et leurs spécificités demande beaucoup de travail dans l’ajustement de l’ensemble. Comme toujours innover réclame énergie, combativité et volonté.
    St-Antoine-l’Abbaye est un endroit magnifique pour ce type d’épatante construction mosaïque.

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article