Quelques conseils pour se lancer dans le voyage à vélo

conseils voyage a vélo débuter s elancer demarrer

Voyageuse à vélo en Bretagne © Julien Leprovost

À l’approche des vacances estivales et à l’occasion du week-end « Voyager autrement » prévu les 11 et 12 juin prochains à la Fondation GoodPlanet, nous vous proposons quelques conseils afin de démarrer le voyage à vélo. Pratique accessible, ce type de voyage ouvre de nombreuses perspectives de découvertes en France et au-delà. Si de prime abord, l’idée de sillonner ainsi les paysages peut impressionner, c’est en réalité plus simple et agréable qu’il n’y paraît. De l’itinéraire au matériel, voici des bases pour partir sur la route à bicyclette.

Depuis la pandémie de Covid-19 et avec le réchauffement climatique, voyager local a la côte, quoi de mieux donc que le voyage à vélo ? Cette forme atypique de vacances, de plus en plus populaire, allie la satisfaction de l’effort (de modéré à intense selon vos envies), le voyage bas carbone, le plaisir de faire du déplacement un composant à part entière du voyage, la découverte d’une autre forme de tourisme en prenant le temps de profiter des paysages et la sympathie des personnes croisées. Et il peut même être une manière économique de voir du pays. Voici quelques conseils pour se lancer dans cette aventure accessible à tous, en solitaire, entre amis ou en famille sur les voies vertes, les chemins et les routes de France.

[À lire aussi Comment voyager bas carbone en France d’ici 2050 ?]

Voyager à vélo en toute sécurité en choisissant le bon itinéraire

Si partir à vélo peut être une aventure, cela ne veut pas forcément dire prendre les routes du tour de France sur de longues étapes de plusieurs centaines de kilomètres. Avant d’envisager un périple au long cours, essayez déjà de partir 2 ou 3 jours sur un petit trajet « pour voir » si vous adhérez à l’idée. Il est possible de faire des petits voyages pas trop loin de chez soi et de rentrer ensuite en train.

Il existe des véloroutes bien balisées, bien décrites et sécurisées dans l’ensemble. Elles permettent de faire une promenade d’une demi-journée, une randonnée sur plusieurs semaines avec son vélo en France et au-delà en Europe. En France, elles se nomment (cette liste n’est pas exhaustive, cliquez sur leur nom pour accéder à leur site Internet) La Loire à vélo, la Vélomaritime, la Vélodyssée, la Sacandibérique, la Via Rhona, la Dolche Via, l’Avenue Verte London Paris etc. Pour en découvrir plus allez sur le site de l‘association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes. D’autres traversent même l’Europe, ce sont les EuroVélo. Et n’hésitez pas à solliciter les offices de tourisme à ce sujet, ils proposent très souvent des itinéraires vélos locaux, départementaux et régionaux.

Papa très sportif de 38 ans, Alexandre Vu est parti en mai dernier pour sa première excursion vélo sur plusieurs jours en famille. Avec ses enfants (6 et 10 ans), ils ont effectué leur premier périple à vélo, un aller-retour entre Dieppe et Forges-les-Eaux sur l’Avenue Verte London Paris, une vélo route sécurisée. Ils en gardent tous un bon souvenir et ont envie de repartir. Alexandre conseille à ceux qui veulent se lancer en famille de bien choisir le parcours. Il ajoute qu’un trajet de 110 km sur deux jours ne s’improvise pas : « il faut être conscient des capacités physiques des enfants. Je les avais testés sur plusieurs distances de 10 et 25 km avant. Les 55 km entre Dieppe et Forges-les-Eaux sont passées avec une pause le matin, une pause le midi et une pause pour le goûter. » Et il explique aussi qu’il est nécessaire « bien préparer les bagages. Le petit a 6 ans, il ne peut pas transporter grand-chose. C’est donc le grand et moi qui avons pris les vêtements, la nourriture et le matériel de réparation. »

LE CONSEIL DE LA RÉDACTION La Loire à Vélo, le mieux pour commencer

loire a velo
Des cyclistes devant le château de Chambord. © Ludovic MARIN / AFP

La Loire à Vélo est sans doute idéale pour s’initier. Son parcours se montre plat. Il offre très beaux paysages et du patrimoine. Bien aménagée et indiquée, cette voie vélo est très empruntée et peut se parcourir en famille en petites étapes pour alterner les trajets à vélo, les visites des châteaux et d’autres activités comme du kayak sur le fleuve…  Autre avantage non négligeable, la Loire bénéficie d’une bonne desserte en train tout son long.
Idée de parcours de 3 jours depuis Paris : prendre le train pour Blois, puis se rendre à Chaumont-sur-Loire et son festival des jardins, Amboise et Tours (67 km en tout, ce qui fait des petites étapes durant lesquelles on roule de 2 à 3h sur 2 à 3 jours).

[La Fondation GoodPlanet propose aussi son week-end Tous au jardin les 4 et 5 juin, découvrez le programme]

Des parcours adaptés pour les voyages

L’avantage de ces parcours réside dans leur balisage, la qualité générale de leur revêtement, la description des étapes, le dénivelé et de leurs éventuelles difficultés sur des sites Internet bien conçus dans l’ensemble. Grâce à la géolocalisation et leur relative accessibilité en transports, ils se révèlent très abordables et offrent souvent des services adaptés (hébergement, magasins de cycles etc). Vous devriez forcément en trouver (pas trop loin de chez vous) qui correspond à vos envies.

Cycliste passionné et adepte du voyage à vélo, Nicolas Depoorter, directeur du pôle Partenariat de la Fondation GoodPlanet, donne ses recommandations : « je dirais que le plus important pour éviter de se retrouver sur des routes sans intérêts ou chargées en voitures, c’est de bien préparer son itinéraire. Donc travailler sur une carte, classique, ou s’appuyer sur une appli. Il en existe de nombreuses aujourd’hui qui proposent de superbes itinéraires pour éviter le trafic, et qui s’adaptent au style de vélo : VTT, gravel, route… J’utilise Koomot pour ma part. » En effet, en plus des cartes IGN, il existe des sites et des applications pour préparer son périple.

Parmi elles, citons Hexplo qui vient de lancer. Il se propose d’être une aide à la planification des voyages. Certaines fonctionnalités sont gratuites, d’autres accessibles contre un abonnement annuel d’une trentaine d’euros. Son fondateur, Emmanuel Brault résume ainsi le projet comme une plateforme d’organisation de voyages à vélo : « Hexplo est une entreprise dont la mission est de démocratiser le voyage à vélo. Je suis convaincu que le voyage à vélo est l’avenir. » Il veut ainsi « convaincre les gens qu’on peut voyager différemment et leur proposer de centraliser la préparation de leur voyage itinérant pour trouver au même endroit le parcours, les hébergements et les lieux d’intérêt. On peut se dépayser à quelques dizaines de kilomètres de chez soi ».

Des étapes adaptées à votre niveau et vos envies

Un conseil vraiment important est de planifier vos étapes en fonction de vos capacités et du temps que vous voulez consacrer au vélo. En effet, il faut compter entre 10 km/h à 20 km/h de moyenne selon la forme de chacun, la taille du groupe et ainsi de suite. Donc mieux vaut éviter les étapes trop ambitieuses si vous débutez ou si tout simplement vous voulez profiter de votre journée. 30 à 45 km en une journée permettent de se dire qu’on roule entre 2 et 4 heures, ce qui laisse du temps pour faire autre chose. Plus on est de fou, plus on rit. Oui, mais il faut garder en tête que le groupe peut induire une forme d’inertie et il faut la prendre en compte dans la planification du voyage. Donc, si vous décidez de partir en groupe, prévoir dès lors des étapes un peu plus courtes.

Train et vélo, le bon combo

Enfin, que ce soit pour vous rendre sur le point de départ de votre randonnée ou en rentrer, éviter une difficulté du trajet ou encore aller d’une ville à une autre plus rapidement, le train est un allié précieux, qui peut se combiner avec le vélo. Il faut juste garder en tête que certains passages en gare ou montée/descente de train peuvent être un bref moment galère en l’absence d’ascenseur ou de plan incliné (ce qui est de plus en plus rare, mais parfois…) ou bien de quai au même niveau que la porte des wagons. Ayez des sacoches que vous pouvez rapidement retirer si possible. Pour mettre son vélo dans le train, il faut se renseigner sur le site de la compagnie. Pour la SNCF, de façon générale le vélo est gratuit sur les Transilien et les TER. En revanche, cela nécessite une réservation payante de 5 à 10 euros sur les TGV et les Intercités. Renseignez-vous bien avant et au moment de prendre vos billets, sur Internet, il faut cocher la case dédiée aux vélos.

Le matériel pour voyage à vélo

Évidemment, il vous faut un vélo, et là cela dépend avant tout de vous. Vous pouvez utiliser votre vélo de tous les jours, ou en louer un pour l’occasion, mais il est préférable qu’il soit doté de quelques vitesses pour surmonter certains obstacles. Cela peut sembler une évidence, mais partez avec un vélo en parfait état de marche (freins, vitesses, éclairages…) pour lequel vous disposez de quoi faire les petites réparations (la crevaison reste un classique bien connu du cycliste) et sachez les faire.

Et le vélo doit être équipé d’un porte bagage pour transporter son matériel. « « C’est important de s’acheter 1 ou 2 sacoches de vélo pour éviter de porter son matos en sac à dos. Ça fait mal à la longue ! », résume Nicolas Depoorter. Des sacoches imperméables étanches sont à privilégier afin de garder au sec vos affaires. Idem il est impératif de posséder un casque (de le mettre aussi) et de quoi se protéger des intempéries et du froid, ainsi que de quoi réparer et attacher son vélo (deux bons antivols). Et éviter de s’encombrer du superflu : des vêtements, un peu de nourriture, des gourdes, du matériel de réparation (kit anti crevaison, chambre à air, pompe sont le minimum) une boussole, une carte, de quoi recharger son smartphone…

[À voir aussi Quel est le meilleur antivol de vélo du monde ?]

L’hébergement en voyage à vélo

Selon son budget, il est possible de voyager économique en campant (il faut alors ajouter tente, sac de couchage à ses sacoches) ou de dormir dans des hôtels, chambres d’hôte ou gîtes, veillez à demander s’ils ont un endroit où ranger les vélos pour la nuit. Il existe aussi des possibilités d’accueil chez des amateurs de voyage à vélo via l’association Cyclo-Camping International que l’auteur de ces lignes a découvert par hasard justement lors d’un voyage à vélo. Un de ses membres lui a proposé l’hospitalité alors qu’il traversait son village dans les Alpes non loin de Grenoble. Une nuit au chaud et une belle rencontre. Cyclo-Camping compte aujourd’hui 2 000 membres.

conseils voyage vélo démarrer débuter se lancer partir
Voyageur à vélo en Bretagne le long du canal de Nantes à Brest sur la Vélodysssée © Xin Leprovost

Et maintenant en selle…

Le dernier conseil est celui d’oser se lancer, d’oser partir. En plus d’offrir des souvenirs, des rencontres, des lieux incroyables, le voyage à vélo est également un centre d’intérêt et une passion communicative. C’est une école de la vie, de la débrouille, de la curiosité. Sur un CV, il témoigne de qualités. Car, le voyage à vélo apprend une forme de débrouillardise, de planification, d’adaptation, de curiosité et de tenacité. Si le virus vous mord, alors ce sera pour longtemps… croyez-moi : rien ne me présupposait à prendre un vélo, je me suis lancé sous l’impulsion d’un ami dans un improbable périple entre Bruges et Rotterdam par la Zélande et ses immenses digues en novembre 2006 en campant… Depuis, j’ai fait de nombreux autres voyages à vélo en France, certains des beaux succès, d’autres des échecs, mais tous m’ont appris. Ils ont changé ma manière de voir le monde et de penser mon rapport à l’espace et à l’environnement.

Julien Leprovost

Pour aller plus loin sur le voyage à vélo

Le site de L’association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes et celui de France Vélo Tourisme afin de trouver des idées d’itinéraires
Le site de Cyclo-Camping International
La page consacrée aux antivols sur le site de la FUB

À lire aussi sur GoodPlanet Mag’

Comment voyager bas carbone en France d’ici 2050 ?

Cyclo-Camping International : de belles rencontres à vélo

La recommandation de Julien : non loin de Paris, un tour à vélo dans le Val d’Oise

Puisque vous êtes là
Le week-end « Voyager autrement » aura lieu les 11 et 12 juin prochains à la Fondation GoodPlanet.
Vous pourrez, parmi les nombreuses activités proposées durant ces deux jours :
– Samedi 11 juin à 15H. Rencontrez les globe-trotters Nans et Mouts et assistez à la projection en plein air du premier épisode de la 10ème saison de Nus & Culottés pour fêter ensemble leurs 10 années d’aventures, de rencontres et de voyages !
– Dimanche 12 juin à 15H. Partagez la passion du « grand dehors » et la façon de vivre en famille de Thibault Liebenguth ! Il vous donnera tous ses conseils, rassurera les parents et vous (re)donnera le goût de l’aventure.

vélo voyage sacoches
Vélos au bord de la mer © Julien Leprovost

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Guy J.J.P. Lafond

    Merci pour cette chronique sur des vacances à vélo.
    Ça m’a rappelé de magnifiques souvenirs sur mes vacances en vélo-camping entre Bruxelles et la Côte d’Azur en passant par Paris, les châteaux de la Loire, le Massif central. Ce fut un de mes plus beaux voyages. C’était en 1980. J’avais fait ce magnifique périple avec un ami d’enfance qui s’appelle Pierre Cardin, un nom qui suscitait sans cesse la curiosité de Français avec qui nous interagissions.
    La France est le pays idéal pour faire un voyage à vélo.
    Merci pour tous ces conseils.
    @GuyLafond @FamilleLafond
    https://mobile.twitter.com/UNBiodiversity/
    Montréal et Ottawa, CANADA.

    • Ida Cariou

    Bonjour! Merci pour ces conseils très précis et utiles pour se lancer dans un séjour à vélo. Je suis velotafeuse et l’idée de voyager à vélo me trotte depuis un moment ds la tête… par contre très vous n’évoquez a aucun moment les vélos électriques, existe-t-il des points repérés pour recharger la batterie?