L’un des meilleurs restaurants du monde, Geranium, retire la viande de son menu

Danemark Copenhague viande végétal alternative restaurant

Ile Aero - Eoliennes dans un champ ©Yann Arthus-Bertrand

Le restaurant Geranium à Copenhague au Danemark a supprimé la viande de sa carte. Noté 3 étoiles au guide Michelin, il est considéré comme le deuxième meilleur restaurant du monde lors du World’s 50 best restaurant awards de 2021.

La décision du chef Kofoed, récipiendaire du Bocuse d’Or en 2011 et propriétaire du Geranium, étonne le monde de la gastronomie surtout du fait de la réputation de son établissement. Un choix qui pour lui, est plus en accord avec ses valeurs et s’inscrit dans la lutte contre le réchauffement climatique selon le magazine L’Info Durable.

« Mon menu est le reflet de ma personne, de qui je suis et de la façon dont j’évolue en tant que chef et en tant qu’être humain », annonce-t-il sur son compte Instagram. Lui-même ne consomme pas de viande chez lui depuis 5 ans. Ne plus proposer de viande sur le nouveau menu est « une décision logique et une progression naturelle pour Geranium. » La carte propose désormais des alternatives végétales ainsi que des produits de la mer.

La consommation de viande fait parti des sources émettrices de gaz à effet de serre les plus importantes. En effet, l’élevage représente 14,5% des émissions de gaz à effet de serre et 63% de la déforestation de l’Amazonie brésilienne est due à l’élevage selon Greenpeace.

Romane Pijulet

A lire également sur GoodPlanet Mag’ :

Avion, mode, viande, vidéo en ligne ou voiture, à quoi les Français, les Européens, les Américains et les Chinois sont-ils prêts à renoncer pour lutter contre le changement climatique ?

Les plus grandes entreprises européennes de la viande et du lait émettent plus de gaz à effet de serre que les Pays-Bas

Quels liens entre la consommation de viande et la déforestation ?

Emballages : intense bataille entre l’industrie laitière et les entreprises végétaliennes à Bruxelles

Ecrire un commentaire

Tony Rinaudo, l’agronome « faiseur de forêts » qui a restauré plus de 5 millions d’hectares de végétation en Afrique grâce à la régénération naturelle assistée : « une des premières choses que nous avons demandée aux gens était de croire dans la valeur des arbres »

Lire l'article