Les plus grandes entreprises européennes de la viande et du lait émettent plus de gaz à effet de serre que les Pays-Bas

Province de Neuquen - élevage de bétail près de Los Pinos - Argentine ©Yann Arthus-Bertrand
Neuquen Province - Livestock near Los Pinos - Argentina

Les émissions combinées de 35 des plus grandes entreprises européennes du secteur de la viande et des produits laitiers représentent près de 7 % des émissions totales de l’Union européenne en 2018. Il ressort du rapport « Emissions Impossibles Europe » de l’institute of agriculture and trade policy (IATP) publié ce lundi 13 décembre, qu’à elles seules, ces sociétés rejettent plus de gaz à effet de serre que les Pays-Bas. De plus, seulement 3 de ces entreprises de l’agroalimentaire se sont engagées à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Pourtant, l’élevage pratiqué par ces entreprises représente 54 % des émissions de méthane de l’Union Européenne.

[À lire aussi : Pour le climat, les dirigeants mondiaux s’attaquent au méthane et protègent les forêts]

Des engagements faibles

La volonté de ces géants de l’agroalimentaire de lutter contre le réchauffement climatique semble insuffisante voire inexistante. Les auteurs du rapport ont rencontré des difficultés à collecter des données concrètes auprès des entreprises concernées. En effet, seulement 4 de ces entreprises fournissent des informations complètes sur leurs émissions de gaz à effet de serre. « La moitié de ces entreprises ne fournissent pas d’information sur les émissions y compris le groupe français Bigard, qui produit la viande Charal, et 6 des entreprises allemandes telles Tönnies, Westfleisch et Müller », précise le rapport.

[Les Français prêts à réduire leur consommation de viande, selon un sondage du Réseau Action Climat]

La viande et le lait aussi polluant que les énergies fossiles

Les plans de la Commission européenne pour les programmes de compensation agricole donneront aux entreprises la possibilité de continuer à polluer, selon le rapport. En effet, la semaine prochaine se tient une Commission européenne sur les « cycles du carbone durable ». Celle-ci est susceptible d’étendre les programmes de compensation carbone, très critiqués pour leur efficacité environnementale. « L’empreinte carbone des grandes entreprises européennes de la viande et des produits laitiers rivalise avec les géants des combustibles fossiles, mais elles continuent de fonctionner en toute impunité », s’inquiète Shefali Sharma, directeur européen du IATP.

Romane Pijulet

Également sur GoodPlanet Mag’ :

Et vous, êtes-vous prêts à renoncer à manger de la viande ?

Découverte de la première fuite de méthane dans l’Antarctique

Gaz à effet de serre: les fuites de méthane 60% plus importantes qu’estimé aux États-Unis

Pourquoi les enjeux de climat et de genre vont de pair : le cas de la viande

Les 13 plus grandes entreprises laitières polluent autant que le Royaume-Uni

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Balendard

    Ne serait-il pas préférable de la part de GP d’évoquer le terrible drame lié au dérèglrment climatique que vivent actuellement nos amis américains. Ceci pour mettre en avant l’irresponsabilité de ce pays lorsqu’il a décidé de mettre en avant le gaz et le petrole de shiste sous le régime du Président Obama en persévérant avec des chaines énergétiques passant par les hautes températures pour assurer notre confort. Une orientation redoutable que semble pourtant vouloir prendre le gouvernement français en cette fin d’année 2021 avec le nucléaire sans même demander à ses voisins ce qu’ils en pensent

Tony Rinaudo, l’agronome « faiseur de forêts » qui a restauré plus de 5 millions d’hectares de végétation en Afrique grâce à la régénération naturelle assistée : « une des premières choses que nous avons demandée aux gens était de croire dans la valeur des arbres »

Lire l'article