« J’aimerais tant me tromper… » : rencontre avec Pierre Rabhi

Pierre Rabhi

Pierre Rabhi © F. Bessière

Pionnier de l’agroécologie, Pierre Rabhi questionne le système économique et les valeurs humaines. À la fois paysan et penseur, il plaide non seulement pour réconcilier l’être humain avec la nature et avec lui-même, mais aussi pour l’altruisme, la solidarité et la bienveillance. Nous avons interviewé Pierre Rabhi à l’occasion de la sortie de son livre « J’aimerais tant me tromper… ». Celui-ci se présente comme un recueil d’échanges entre le journaliste Denis Lafay et Pierre Rabhi autour de l’agroécologie, des crises actuelles, de la bienveillance et du devenir du monde.

« J’aimerais tant me tromper… », pourquoi avoir choisi ce titre ? 

J’aimerais me tromper car mes prédictions m’amènent à dire que le monde d’aujourd’hui va mal. Or, quand on est militant, on a envie de participer à l’évolution du monde, de l’histoire et de la société. En ce sens, la formule de Pierre Fournier me paraît très intéressante et appropriée, ce journaliste et militant écologiste disait « nous ne savons pas où nous allons, mais nous y allons ». 

Qu’est-ce qui vous donne de l’espoir ?  

Ce sont toutes les personnes au sein de la société civile qui créent et agissent intelligemment pour anticiper et devancer l’effondrement du système. Elles sont jugées comme des marginaux par certains, alors qu’elles sont pourtant capables de changer la donne. 

Pensez-vous que notre monde moderne nous coupe des rythmes naturels ? 

Absolument, le lever et le coucher du soleil ou encore les quatre saisons composent les rythmes naturels. Tout ce qui se passe dans l’univers est rythmé par la nature elle-même. Et pourtant, nous avons modifié le rapport entre le temps et l’espace.

Un rythme de vie en accord avec la nature

Comment l’avons-nous modifié ?

Il y a peu, le rapport entre le temps et l’espace n’était pas le même qu’aujourd’hui. Dès l’origine de l’humanité, les hommes se déplaçaient avec leurs jambes, avec des chevaux, ou avec les voiles de leurs bateaux, mais jamais avec des moteurs à explosion. La motorisation des transports a fondamentalement transformé notre perception du temps et de l’espace. Elle a engendré une accélération sans précédent du temps. On le voit bien aujourd’hui, même dans un avion qui va à je ne sais combien de kilomètres à l’heure on regarde sa montre par peur d’être en retard.

Le moteur à combustion est au centre de ce changement. De fait, le pétrole devient l’élément fondamental du monde moderne. Sans lui, je pense que tout s’effondrerait. Son usage est néanmoins très récent au regard de l’histoire humaine.

De quelle manière pouvons-nous reprendre en main notre temps ? 

Quand vous êtes en pleine nature, vous êtes obligé de vous y conformer. Ma vie de paysan est cadencée par le travail de la terre. Je ne peux pas faire n’importe quoi n’importe quand. Au final, notre environnement nous donne toujours un rythme. Or, nous sommes entrés dans un nouveau monde, celui de la vitesse, un monde où le rapport temps-espace n’est pas le même, un monde frénétique où l’on devient suractifs. 

Un monde plus urbain

Vos idées peuvent-elles être audibles dans une société de plus en plus urbaine et, de facto, coupée de la campagne et de la nature ? 

Les idées que je proposais il y a 55 ans, lorsque j’ai fait mon retour à la terre, n’étaient pas comprises. Aujourd’hui elles sont audibles car le monde a beaucoup changé.

La concentration humaine est une monstruosité. La majeure partie de la population mondiale vit entre des murs, dans des rues ou enfermée dans des appartements.  Ces hommes et femmes ont abandonné la nature qui est vaste et libre, pour entrer dans un monde extrêmement confiné. C’est pour cela que nous avons quitté ce monde urbain. Je me sentais prisonnier dans mon logement ou j’avais quelques mètres carrés pour vivre ma vie. L’urbanisation à outrance me semble très dangereuse, le changement actuel des mentalités la remet d’ailleurs en question.

Malgré tout, peut-il y avoir une sobriété heureuse en ville ? 

La sobriété peut être partout. Ça ne tient qu’à la personne elle-même.

Il y a des personnes avides toujours insatisfaites. Vouloir toujours plus n’est pas compatible avec la sobriété. Puis, il y a des personnes qui sont satisfaites très vite, parfois simplement avec le nécessaire à leur survie. Ces dernières se disent que l’important c’est d’avoir à manger, un abri et de quoi se vêtir.

Après il y a le superflu qui regroupe tout ce que les gens achètent et qui n’est pas essentiel. Il faut impérativement le limiter pour revenir à l’essentiel surtout à une époque où les gens s’appauvrissent et le chômage augmente. On ne sera pas plus malheureux. Nous, c’est ce que nous avons choisi avec la sobriété.

L’agriculture urbaine, peut-elle être efficace à grande échelle ? 

Non. Les urbains ne vont pas pouvoir se nourrir simplement avec ce qui pousse sur leurs balcons. Il faut vraiment une activité paysanne à plein temps. Je ne parle pas de l’activité de l’exploitant agricole, mais d’un retour aux paysans. Dans ce monde, les paysans vivent avec leurs animaux et cultivent de quoi se nourrir, ils peuvent ainsi répondre à pratiquement tous leurs besoins. Il faudra revenir à ce monde, voilà ma conviction. Mon livre la « Sobriété Heureuse » a notamment eu beaucoup de succès car les gens ont compris que ça ne sert à rien de travailler pour jeter et gaspiller, ça n’a aucun sens.  

Que pensez-vous de la collapsologie

Je vous avoue que ça n’a pas de résonance pour moi. J’ai l’impression qu’on s’amuse avec des mots sans vraiment regarder très objectivement ce qui se passe dans le monde. Nous voyons des populations en grande difficulté, nous voyons les semences disparaître, nous voyons l’eau malmenée et la terre empoisonnée.

Pour moi, la collapsologie apparaît un peu comme une distraction, car le problème est beaucoup plus vaste que de parler de collapsologie et d’effondrement. Cela ne suffit pas. Il faut considérer comme urgent qu’aucun enfant ne meure de faim, qu’aucune baleine ne soit tuée et que tout ce qui est nécessaire à la vie soit préservé.

Les mamans et papas qui voient leur enfant mourir de faim, se fichent de la collapsologie. C’est aujourd’hui qu’il faut résoudre le problème. Il ne faut pas se dire, on est impuissant ; non, on est puissant.

Pierre Rabhi : « On ne peut pas rafistoler un modèle de société qui se base sur du toujours plus pour une minorité et toujours moins pour une majorité »

Que faire ?

Il faut simplement, par exemple, diminuer les budgets consacrés aux armements et allouer une grande partie de cet argent pour aider les populations en détresse. Sinon, on s’amuse avec des mots sans vraiment regarder très objectivement ce qui se passe dans le monde où il subsiste beaucoup, beaucoup de souffrance. Nous devons la résoudre rapidement et efficacement, en étant présent et en instaurant la bienveillance. Car je peux aller manifester puis rentrer chez moi et pourrir la vie de tous ceux qui m’entourent. L’urgence est : comment je peux devenir bienveillant avec tout ce qui me m’entoure, avec ma famille, mes amis, les gens, avec la vie.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes générations qui se sentent préoccupées par l’avenir de notre planète et souhaitent agir ? 

On ne peut pas rafistoler un modèle de société qui se base sur du toujours plus pour une minorité et toujours moins pour une majorité. Il faut établir une relation humaine qui repose sur l’équité, le partage, la bienveillance, l’entraide, le respect de nos anciens et l’éducation des enfants. Toutes ces valeurs vont sauver le monde. Ce n’est pas parce que le produit national brut va augmenter que nous sommes protégés. Aimez-vous les uns les autres, c’est ça la solution.

Propos recueillis par Isaure Vicarini

11 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Courty

    Propos d’un rêveur, s’abandonnant à ses sentiments et à ses émotions, plutôt que voir la réalité pour ce qu’elle est, au point d’ignorer la dimension démographique du monde dans lequel il vit .

    Or, parce qu’il doit impérativement ne serait-ce que se nourrir, se vêtir, se loger et se soigner, l’homme est un consommateur. Il l’est depuis sa conception jusqu’après sa mort – les marchés du prénatal et du funéraire en attesteraient s’il en était besoin – et il se double d’un producteur dès qu’il est en âge de travailler. Il est ainsi, avant toute autre opinion ou considération, un agent économique au service de la société, mais aux dépens de son environnement. Et plus le nombre de ces agents augmente, plus leurs besoins s’accroissent – outre ceux qu’ils s’inventent toujours plus nombreux –, plus ils produisent, consomment, échangent et s’enrichissent, avec l’aide du progrès scientifique et technique, quelles que soient les conditions du partage de leurs richesses. Qu’il s’agisse de ressources non renouvelables ou de pollution, les atteintes à l’environnement augmentent d’autant et s’ajoutent à celles d’une nature jamais avare de catastrophes inopinées ou cycliques.

    Tous les malheurs du monde en découlent.

    Comment nier cette évidence, dans son rapport avec le caractère incontournablement pyramidal de notre société, dû au fait que richesse et pauvreté existe l’une par l’autre et qu’un destin aveugle assigne à chacun, à sa naissance, sa place au sein de cette pyramide sociale dans laquelle les pauvres se multiplient structurellement à une cadence qui est au moins 6 fois celle des riches ? Jusqu’où irons-nous, alors qu’elle s’atrophie toujours plus, sous la pression de 220 000 êtres humains supplémentaires qui viennent s’ajouter quotidiennement à sa population et que son sommet s’éloignant ainsi incessamment de sa base, les écarts de richesse entre ses occupants se creusant inéluctablement d’autant ?

    Tant à des fins environnementales que sociétales une forme d’écologie, dont dépendent toutes les autres, s’impose depuis trop longtemps : l’écologie dénataliste.

    • Michel CERF

    Ce monsieur a tout compris .

    • Michel CERF

    je parle de Pierre Rabhi . Quant à Claude … quelle tristesse cette mentalité d’un autre âge .

    • Balendard

    Merci Michel
    Vous êtes toujours là au bon moment

    Il va pourtant falloir que nous tenions compte des « rêves » de Mr Rabhi et de la justesse de ses propos

    • Balendard

    Il va va pourtant falloir Michel que nous tenions compte à la fois des « rêves » décrits par Monsieur Rabhi et du cauchemar décrit par Claude qui va rapidement devenir réalité si nous ne faisons rien de significatif

    • Claude Courty

    Au point où en sont l’humanité et la planète qui l’abrite, qui peut prétendre faire durablement dans “l’équitable” et/ou le “bio”, en Ardèche ou ailleurs ? Seule solution viable et durable : commencer par réduire et stabiliser la population humaine, par l’éducation et la dénatalité. Tout en dépend, la croissance démographique nécessitant toujours plus de développement, de perte d’habitat et de pollution.

    La vérité s’impose face à la réalité sociale et environnementale. C’est le “retour à la nature” qui est d’un autre âge, aussi bienveillantes que soient les intentions de ceux qui y voient l’avenir de l’humanité.

    • Claude Courty

    Au point où en sont l’humanité et la planète qui l’abrite, qui peut prétendre faire durablement dans “l’équitable” et le “bio”, en Ardèche comme ailleurs ? Seule solution viable et durable : commencer par réduire et stabiliser la population humaine, par l’éducation et la dénatalité. Tout en dépend, la croissance démographique nécessitant toujours plus de développement, de perte d’habitat et de pollution.

    La vérité s’impose face à la réalité sociale et environnementale. C’est le “retour à la nature” qui est d’un autre âge, aussi bienveillantes que soient les intentions de ceux qui y voient l’avenir de l’humanité Seule solution viable et durable : réduire et stabiliser la population humaine par l’éducation à la dénatalité.

    • Francis

    Très juste mise au point sur le catastrophisme climatique. La catastrophe c’est l’échec actuel de nos sociétés si productivistes a produire un minimum de décence pour une si grande part de l’humanité, dans son environnement naturel…

    • MARTINE

    ♥️??? RESPECT à ce Monsieur !… Contrairement à un des commentaires que je viens de lire, à mon humble avis : ce Monsieur n’est pas Un RÊVEUR !… On peut parler aussi intelligemment du grave problème cité sans avoir usé ses fonds de culottes sur les bancs universitaires !!! LA MEILLEURE ÉCOLE EST CELLE DE LA VIE !!! Laissez s’exprimer CEUX et CELLES qui connaissent et respectent LA NATURE depuis leur plus jeune âge et comme l’ont fait leurs ancêtres !… Ils ne cessent d’alerter un MONDE qui va droit dans le mur à force de vouloir aller toujours plus loin et toujours plus vite ! ?

    • E.SALAS

    J’ai beaucoup de respect pour Monsieur P.Rabhi mais je n’ai pas aimé son dernier livre.
    Je me suis mis à la place d’un jeune qui n’a pas eu la chance d’avoir pu faire des études.
    J’ai eu l’impression que D.Lafay faisait plus dans le bobo parisien en étalant son vocabulaire luxuriant. Je ne critique pas le fond que je partage mais plutôt la forme.
    Cordialement

    • Yvette Guyot

    J’ai rencontré Pierre Rhabi il y a une bonne dizaine d’années au Maroc alors qu’il prônait l’agroécologie dans un petit village. J’ai été fascinée par ses paroles qui me semblaient tellement justes.
    Malheureusement, plusieurs personnes qui comme lui mettaient en garde la population, n’ont pas été écoutées et paraissaient à certains de doux rêveurs.
    A présent alors que le monde va de plus en plus mal, on commence à se rendre compte que ces « doux rêveurs » avaient tellement raison.
    Comme le dit Pierre Rhabi « Pourvu qu’il ne soit pas trop tard »