L’opinion publique internationale face à la sévérité du réchauffement climatique

opinion publique changement climatique

BARRAGE ÉDIFIÉ EN SACS DE SABLE SUR LE DELTA DU GANGE, CHITTAGONG DISTRICT, BANGLADESH (22° 47’ 2,92’’ N – 91° 21’ 23,84 E). © Yann Arthus-Bertrand

Un sondage réalisé durant l’été 2022 par IPSOS auprès de 23 507 personnes vivant dans 34 pays parmi les plus riches de la planète s’intéresse à la perception du réchauffement climatique dans l’opinion. Il montre que le changement climatique est déjà considéré comme une réalité sévère qui affecte leur lieu de vie par plus d’un répondant sur deux (56 %). La majorité pense que le phénomène va s’intensifier dans les 10 ans. En effet, 71 % des sondés affirment que leur lieu de vie sera fortement affecté par le réchauffement dans les dix années à venir, cependant seulement 35 % des interrogés s’attendent à devoir quitter leur maison d’ici 2047 en raison du réchauffement. Au-delà de ces grands résultats, ce sondage publié le 15 septembre 2022 par le Forum Économique Mondial donne une image des différences de ressenti sur le sujet entre les pays.

[A lire aussi Le changement climatique est une « urgence mondiale », selon un sondage]

« Nous sommes dans une crise climatique. Les résultats de l’étude d’opinion affirment que les gens en ressentent aujourd’hui les effets et s’inquiètent pour leur futur », déclare Gim Huay Neo, directrice du Centre pour la Nature et le Climat au Forum Économique Mondial. « La crise affecte tout le monde. Nous devons travailler tous ensemble afin de s’adapter au changement climatique, et dans le même temps agir à une échelle plus large pour un monde plus durable et sain. »

Il est intéressant de noter que dans 22 pays la majorité estime que leur pays est actuellement fortement touché par le dérèglement climatique. Au Mexique, en Hongrie, en Turquie, en Colombie, en Espagne, en Italie, en Inde, en Chine et en France, les trois quarts de la population le pensent. Concernant l’avenir, les Portugais, les Mexicains, les Hongrois, les Turques, les Chiliens, les Sud-Coréens, les Espagnols et les Italiens sont plus de 80 % à déclarer que leur pays sera encore plus touché par le réchauffement en 2032. Et, à plus long terme, deux tiers des Indiens (67 %) pensent que les conditions climatiques conduiront leur famille à déménager ou à migrer d’ici 2047, seulement 17 % des Suédois et 21 % des Argentins et des Néerlandais pensent la même chose.

sondage opinion publquer changement climatique
Carte des réponses des sondés par pays a la question concernant la situation de leur pays face au réchauffement climatique DR IPOSOS/Forum Economique Mondial

Et les Français, ils en pensent quoi ?

Pour 68 % des Français, le pays subit aujourd’hui des effets sévères du réchauffement. Ils sont 80 % à penser que la situation sera pire en 2032. Néanmoins, ils ne sont que 30 % à envisager que la crise climatique les conduise à s’installer ailleurs.

français sondage cangement climatique
Les réponses des sondés aux 3 questions par pays DR IPSOS/Forum Économique Mondial

Le sondage a été réalisé sur des échantillons de population représentatifs dans les pays suivants : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Belgique, Brésil, Canada, Chili, République populaire de Chine, Colombie, Corée du Sud, Émirats Arabes Unies, États-Unis, Espagne, France, Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Italie, Japon, Inde, Indonésie, Irlande, Malaisie, Mexique, Pays-Bas, Pérou, Portugal, Pologne, Roumanie, Suède, Suisse, Thaïlande et Turquie. Ils figurent parmi les pays développés et abritent plus de la moitié de la population mondiale.

Julien Leprovost

À lire aussi

Avion, mode, viande, vidéo en ligne ou voiture, à quoi les Français, les Européens, les Américains et les Chinois sont-ils prêts à renoncer pour lutter contre le changement climatique ?

Le climatologue Hervé Le Treut : « étant donné la complexité du défi de civilisation que représente la réduction des émissions de gaz à effet de serre, aucune discipline ne peut se prévaloir du monopole des solutions »

L’éco anxiété : une inquiétude grandissante face à un avenir incertain

L’éco-anxiété chez les climatologues

La réaction de la climatologue Valérie Masson-Delmotte à « Don’t Look Up » : la satire peut-elle conduire à un sursaut ?

L’essentiel sur le nouveau rapport du Giec consacré aux solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et atténuer le changement climatique

 

Ecrire un commentaire

Tony Rinaudo, l’agronome « faiseur de forêts » qui a restauré plus de 5 millions d’hectares de végétation en Afrique grâce à la régénération naturelle assistée : « une des premières choses que nous avons demandée aux gens était de croire dans la valeur des arbres »

Lire l'article