Les 13 plus grandes entreprises laitières polluent autant que le Royaume-Uni

élevage intensif Etats Unis

Élevage intensif à proximité de Bakersfield, Californie, États-Unis © Yann Arthus-Bertrand

Les 13 plus grandes entreprises laitières du monde émettent autant de gaz à effet de serre que le Royaume-Uni, selon un nouveau rapport de l’Institute for Agriculture and Trade Policy (IATP).

Le rapport met en évidence l’impact croissant de la production de lait sur le climat. Les émissions de gaz à effet de serre des 13 plus grandes entreprises laitières ont augmenté de 11 % de 2015 à 2017, pour atteindre 338 millions de tonnes d’équivalent CO2. Soit, comme le rapporte The Guardian, presqu’autant que les 350 millions de tonnes de CO2 émises par le Royaume-Uni, sixième économie mondiale. Cela s’explique notamment par l’accroissement de la production mondiale ainsi que par les faibles pressions pour réduire les émissions du secteur, selon Shefali Sharma, directrice de l’IATP.

Le secteur laitier a réagi à ce rapport en soutenant prôner une production « responsable et respectueuse de l’environnement », cite The Guardian.

Les chercheurs estiment qu’il faudrait plafonner la production pour faire face au dérèglement climatique mais aussi à la crise du secteur, dont le modèle intensif favorise les grosses exploitations et entraîne la baisse du prix de vente du lait.

11 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Serge Rochain

    L’humanité pourrait aussi cesser de manger aussi…..?
    A quoi cela sert il de stigmatiser ainsi une filière particulière, on peut toutes les prendre isolément et aboutir au même constat, mais c’est vrai qu’en choisissant une industrie particulièrement bien organisée et optimisée plutôt qu’une autre totalement atomisée il est bien plus facile d’obtenir le total du CO2 qu’elle produit. Voila un bouc émissaire facile à trouver.

    • Méryl Pinque

    A Serge Rochain : Les produits laitiers animaux ne sont pas faits pour les humains et par conséquent nuisent à notre santé.
    Aucune espèce au monde, sinon la nôtre, ne consomme du lait après le sevrage, et en plus provenant d’une autre espèce que la sienne.
    Nous volons aux enfants des vaches, brebis, chèvres, ânesses, juments, etc. leur lait, et nous condamnons ces animaux à la torture et à la mort dans les abattoirs.
    Honte à nous !
    Devenons végans.

    • Méryl Pinque

    Et, oui : l’agriculture animale dévaste aussi la planète, en plus de condamner plus de 60 milliards d’animaux terrestres à l’exploitation, la torture et la mort dans les abattoirs, et de nuire à notre santé.
    Faut-il que nous soyons une espèce idiote pour ne pas encore l’avoir compris.

    • Juju845

    @Méryl Pinque Je vois que vous n’y connaissait rien … Au cas ou où vous ne le saurez pas le veau aura le lait de sa mère jusqu’à ce qu’il commence le foin c’est qu’après que le lait sera vendu pas avant !

    • Michel CERF

    Méryl a raison , le lait est fait pour le veau et surtout pas pour l’humain , la consommation de lait nuit gravement à la santé , à l’environnement et au bien être des animaux , c’est sans doute trop logique pour que Serge Rochain comprenne cette évidence .

    • Michel CERF

    Quant à Juju845 il est trop limité pour comprendre quoi que ce soit …

    • christane murat

    Il est évident qu’il faut réduire drastiquement les élevages intensifs et extensifs ; nous produisons trop de viande pour une population qi s’en détourne de plus en plus…
    Produisons moins! Produisons Mieux!!

    • Juju845

    @Michel Cerf Excusez moi mais je vois pas en quoi je suis limitée. Je répondais à un commentaire qui disait que le lait de vache était pour les veaux (ce qui est juste) et j’expliquais que dans certaines fermes le veau aura le lait de sa mère jusqu’à ce qu’il commence le foin. Je travaille dans ce milieu donc je pense que je suis bien placée pour parler de ça.

    • Michel CERF

    @ Juju845 ; désolé si nous nous somment mal compris , cordialement , Michel .

    • Michel CERF

    L’analyse de Serge Rochain dénote un état d’esprit borné .

    • Claude Courty

    Pour une fois, les pays les plus industrialisés ne sont pas seuls en cause.
    Par ailleurs, est-il certain que le bilan écologique d’une alimentation de substitution serait bénéfique ?
    Sans omettre au passage que

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article