Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Les vaches émettraient moins de méthane en s’alimentant d’algues marines


Troupeau de vaches près de San Pedro, département de Colonia

Alimenter les vaches avec des algues marines pourrait réduire leurs émissions de méthane de 82 %, selon une des recherches menées par Ermias Kebreab, directeur du World Food Center et agronome à l’université de Californie, et Breanna Roque, étudiante diplômée en doctorat, publiée dans la revue scientifique Plos One.

Les chercheurs ont ajouté une petite quantité d’algues, l’Asparagopsis taxiformis, à l’alimentation de vaches pendant cinq mois pour aboutir à ce résultat, rapporte le Guardian. En fait, les vaches produisent du méthane par l’intermédiaire des microbes présents dans leur estomac lorsqu’elles digèrent leurs aliments fibreux. Le méthane, par sa capacité efficace à piéger la chaleur lorsqu’il est rejeté dans l’atmosphère, est un puissant gaz à effet de serre. « Nous avons maintenant des preuves solides que les algues dans l’alimentation du bétail sont efficaces pour réduire les gaz à effet de serre et que cette efficacité ne diminue pas avec le temps », a déclaré Ermias Kebreab. Cela permettrait d’améliorer l’empreinte carbone de la production de viande, l’agriculture étant responsable d’environ 10 % des émissions rien qu’aux États-Unis.

Le défi serait à présent d’assurer un approvisionnement suffisant de ces algues aux éleveurs qui n’en disposent pas en abondance.

A lire aussi sur GoodPlanet Mag

Climat: les vaches continueront de roter, alors que faire?

Climat: plus d’herbe pour les vaches, moins de méthane dans l’air

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Jean-Pierre Bardinet

    Il serait bon d’arrêter de délirer sur le méthane (CH4). Sa concentration a augmenté de 150% depuis 1750, mais cette augmentation ralentit, voire se stabilise depuis 1985, malgré les émissions des ruminants (110 Mt/an). Le taux atmosphérique du CH4 est très faible : environ 1780 ppb (parties par milliards), donc à l’état de trace. Son temps de séjour dans l’air est faible (quelques mois). 90% du CH4 est décomposé par le radical OH contenu dans l’atmosphère. http://cycleducarbone.ipsl.jussieu.fr/index.php/visiteurs/des-faits-marquants/26-concentration-en-ch4-constante-autour-des-annees-2000.html
    Donc, laissons nos ruminants brouter tranquillement sans les accuser d’avoir une action sur la TMAG (température moyenne annuelle globale, qui, du reste, est stable depuis 20 ans).

    • michel CERF

    Ce ne sont pas les vaches qu’il faut accuser ….