Réparer la nature par la nature, l’exemple de l’utilisation de fourmis pour restaurer les sols

Utiliser des fourmis pour réparer les dommages causés par l’être humain à la nature ? C’est ce qui est testé dans la plaine de Crau, en Provence, rapporte le Muséum national d’Histoire naturelle. En 2009, un oléoduc se déchire et déverse une partie du pétrole qu’il contient dans le sol de la steppe. Pour restaurer l’écosystème endommagé, un nouveau sol est apporté. Mais cela ne suffit pas. Le choix est alors fait d’utiliser des fourmis. Par leur capacité à redistribuer les graines dans l’espace et à brasser la terre, elles effectuent un véritable travail de restructuration du sol. En plus d’être peu coûteuse, cette solution a l’avantage de ne pas polluer. Ainsi, ces fourmis, véritables ingénieures agronomes, prouvent que réparer la nature par la nature semble n’avoir que du bon.

Ecrire un commentaire

Tony Rinaudo, l’agronome « faiseur de forêts » qui a restauré plus de 5 millions d’hectares de végétation en Afrique grâce à la régénération naturelle assistée : « une des premières choses que nous avons demandée aux gens était de croire dans la valeur des arbres »

Lire l'article