Les semences libérées ?


Depuis le milieu du XXe siècle, les variétés de semences doivent être inscrites dans un catalogue, aujourd’hui recensé au niveau européen. Cela permet à l’industrie semencière de déposer des brevets sur les plantes. Cette vidéo de Kokopelli retrace les différentes tentatives de modifier la législation pour permettre que semences libres et reproductibles soient accessibles à tous les particuliers. Depuis déjà 20 ans, des associations telles que Kokopelli pratiquent distribution de ces semences. Mais la proposition de loi, adoptée le 27 mai dernier, devrait permettre de rendre légal une partie de leur travail pour la préservation de la biodiversité.

À lire également :

Les suites de la loi EGALIM : la Commission Européenne s’oppose à la vente libre des semences de variétés paysannes aux jardiniers amateurs

« Libérez les semences », maintenant le Sénat !

Yann Arthus-Bertrand : le Conseil constitutionnel n’a pas choisi la biodiversité en refusant de libérer les semences

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • onditbob

    bon rappel pour dire que le combat n’est pas fini

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article