L214 révèle la réalité du plus grand élevage de poulets de France

Animaux mourants, malades, mal formés ou tournant en rond sur eux-mêmes… les images tournées par L214 au sein d’un élevage de volailles du groupe LDC, détenteur de la marque Le Gaulois, révèlent des pratiques douteuses. Situé en Mayenne à Saint-Saturnin-du-Limet, ce gigantesque élevage industriel est le plus grand complexe d’élevage de poulets de France et approvisionne entre autre la marque Le Gaulois. Il se sert notamment de « canons à poulet », une espèce de moissonneuse qui aspire les poulets d’un côté et les expulse de l’autre dans des caisses de transport prêtes à partir pour l’abattoir. Selon L214, près de 2 millions de poulets y sont élevés chaque année. Le site web de l’entreprise Le Gaulois prône pourtant le respect des animaux et l’implication de la marque dans le bien-être et la santé des animaux d’élevage.

Les poulets élevés par LDC à Saint-Saturnin-du-Limet sont issus de la souche Ross 308, une variété de poulet de chair sélectionnée pour sa croissance rapide. Ils atteignent un poids très élevé très jeune, leurs pattes sont parfois incapables de les soutenir au point de se briser. De plus, le manque de diversité génétique des poulets présente des risques d’émergence de zoonose, explique Léo le Ster, chargé de campagne agroalimentaires pour L214. Aussi, une croissance rapide augmente le risque d’insuffisance cardiaque des animaux, qui meurent souvent avant l’âge d’être abattu.

Les animaux restent toute leur vie dans le noir, dans un petit espace, contractant maladies en tout genre. Les images rapportées par L214 montrent un jeune poulet à la patte brisée obligé de se lancer en avant pour atteindre son abreuvoir. « Tous les ans, les poulets sont confinés car des épidémies de H1N1 se développement dans les élevages à cause de la manipulation génétique et de la proximité des individus entre eux », précise le chargé de campagne agroalimentaires de L214.

L214 va porter plainte contre LDC, groupe agroalimentaire parmi les leaders européens de l’élevage de volaille. « On espère que nos plaintes seront jugées à la hauteur des manquements et de l’ampleur des mauvais traitements infligés aux animaux. Ces pratiques sont les pratiques de la majorité des élevages en France, puisque 83% des 800 millions des poulets élevés en France subissent ces traitements » déclare Léo Le Ster.

La communication des marques issues de l’agroalimentaire repose sur des images d’Épinal. « C’est une hypocrisie sans nom », affirme Léo Le Ster. « C’est une tromperie pour les consommateurs, on voit des poules dans un beau champ tout vert, les éleveurs disent qu’ils leur mettent de la musique… alors que les pratiques présentent des manquements structurels et ponctuels comme le non-ramassage des cadavres dans les bacs d’équarrissage qui présente un risque sanitaire pour les humains. […] « Nous voulons que ces conditions d’élevage soient condamnées, on demande au groupe LDC de s’engager à faire cesser ces pratiques. » affirme Léo le Ster.

Romane Pijulet

A lire également sur GoodPlanet mag’ :

Brigitte Gothière, directrice de L214, explique pourquoi recourir à un Référendum d’Initiative Partagée pour défendre les animaux et interdire les élevages intensifs en France en 2040 

Maltraitance animale : images et témoignages choc de la L214

L214 dénonce les conditions d’élevage des poules pondeuses d’œufs « élevées au sol » ou « Code 2 »

 

10 commentaires

Ecrire un commentaire

    • SARRAT

    C’est à vomir. J’ai moi-même des poules pour les oeufs . En en aucun cas je ne pourrai les manger , Je les bichonnent . Je n’aie pu de ce coup là visionner jusqu’au bout ce cruel reportage .

    • Le Guellec

    Ni respect, ni scrupule cela devrait être une fermeture immédiate et une très grosse amende minimum

    • Solange

    Mais quelle horreur ! Je suis complètement sous le choc, jamais plus, je ne mangerai de poulets « le gaulois » ou autres . Pauvres bêtes ! c’est vraiment dégueulasse !!

    • dany voltzenlogel

    Industrie de l’élevage indigne à bannir.
    Qualité de viande nulle
    Conditions d’élevage horribles,
    INTERDICTION TOTALE PAR LA LOI.

    • Mathieu

    Moi aussi j ai des poules pour leurs œufs et moi aussi le les bichonne je trouve cela écœurant et très triste et insoutenable

    • xavier785

    et dire que cette societe ose s’afficher dans des salons tel que le made in france ou de l »agriculture pour montrer une facette de respect de l’animal. bravo a L214 de diffuser la face obscure qu’on veut nous cacher

    • Chantal Neple

    C’est une honte une horreur.

    • Lepretre Thierry

    Lamentable. Je ne comprends pas que ce type de comportement soit encore toléré de nos jours.

    • Dacheux

    Ignoble!35 jours de vie de souffrance qui atterrissent dans nos assiettes tout au moins pour ceux qui en mangent encore. Il est certain que bien chemisé dans sa barquette le poulette va pas nous révéler d’où il vient ni dans quelles conditions il a été « élevé » il faudrait mieux dire produit car aux yeux des agroalimentaires c’est un produit une chose déjà morte. Scandaleux

    • JACQUES HENRI BODIN

    QUEL HONTE LCD VOUS ETES FIER DE CE QUE VOUS FAITE VOUS VOUS RENDEZ COMPTE ON DEVRAIT FERMER VOTRE ENTREPRISE