Dès 1971, le « naturel », l’ancêtre du bio, séduisait déjà

Brut ressort des archives une vidéo qui montre le succès de l’alimentation naturelle il y a 50 ans. L’intérêt du consommateur français pour le manger sain et naturel n’est donc pas nouveau ! Une partie des producteurs s’inquiétait déjà du recours aux produits phytosanitaires. Face à ce constat, ils préservaient le modèle agricole antérieur à désindustrialisation du secteur après la Seconde Guerre Mondiale.
Le bio connait un engouement grandissant en France, un marché qui pesait en 2018, 9,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires. La même année, 2 millions d’hectares étaient cultivés en bio, soit 7,5 % de la SAU (surface agricole utile) française. Paradoxe, la consommation de pesticides n’a pas pour autant reculée. En effet, le Nodu (nombre de doses unités) des pesticides ne cesse d’augmenter, passant de 76 millions en 2008 à 94 millions en 2017.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    oui on parlait déjà du bio et du réchauffement climatique mais personne ne prenait les choses au sérieux , les humains réagissent seulement quand le ciel leur tombe sur la tête et là il est trop tard .

L'agriculture de conservation des sols pourra continuer à utiliser du glyphosate, selon Didier Guillaume

Lire l'article