La Chine a accéléré sur les centrales au charbon en 2022

chine charbon 2022

Des wagons transportant du charbon à Huaibei, dans l'est de la Chine, le 23 juin 2022 © AFP/Archives STR

Pékin (AFP) – La Chine a approuvé l’année dernière sa plus grande vague de création de centrales électriques au charbon depuis 2015, selon une étude publiée lundi, malgré son engagement à réduire l’utilisation de cette énergie fossile à partir de 2026.

Les capacités de production d’électricité à partir de charbon que le géant asiatique a commencé à construire en 2022 étaient six fois supérieures à celles du reste du monde, d’après ce rapport.

Cette étude a été réalisée par le Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA), un institut de recherche basé en Finlande, et l’ONG américaine Global Energy Monitor (GEM).

[À lire aussi Déclin du charbon en Occident, poursuite de son essor en Chine]

« La Chine continue d’être l’exception par rapport à la tendance mondiale actuelle qui est au déclin de la construction de centrales au charbon », note Flora Champenois, analyste chez GEM.

« La vitesse à laquelle les projets ont progressé en 2022, de l’obtention des permis jusqu’à la construction, était hors norme », juge-t-elle.

La Chine est, en valeur absolue, l’un des principaux émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre à l’origine du changement climatique, comme le dioxyde de carbone (CO2).

Le président Xi Jinping s’est engagé à ce que le pays atteigne le pic de ses émissions de CO2 entre 2026 et 2030 puis la « neutralité carbone » d’ici 2060.

Ces promesses sont considérées essentielles pour maintenir la hausse de la température mondiale bien en dessous de deux degrés.

[À lire aussi 95 % des centrales à charbon du monde ont une date de fermeture programmée ou un objectif de neutralité carbone]

Mais même si la Chine honore ses promesses, l’expansion actuelle des centrales électriques au charbon rendra le respect de ces engagements « plus compliqué et coûteux », note l’étude.

Cercle vicieux

Au total, selon le rapport, 106 gigawatts (GW) de nouveaux projets ont été approuvés en 2022 – soit l’équivalent de deux grandes centrales au charbon par semaine.

La Chine dépend du charbon pour près de 60% de son électricité.

La plupart des nouveaux projets de centrales ont été approuvés par des provinces frappées au cours des deux dernières années par des pénuries d’électricité dues à des vagues de chaleur record.

Un cercle vicieux, car l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre accélère le changement climatique et entraîne à son tour une augmentation de la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes, selon la plupart des scientifiques.

[À lire aussi Chine : les centrales au charbon menacent la « neutralité carbone » prévue pour 2060 (étude)]

Le gros des approbations a débuté lorsque le gouvernement a annoncé en mai 2022 un investissement de 10 milliards de yuans (1,4 milliard d’euros) dans la production d’électricité à partir de charbon.

« C’est la même dynamique que celle observée lors du précédent boom, en 2015 », déclare à l’AFP Lauri Myllyvirta, analyste du CREA.

« Personne ne sait combien de temps les vannes resteront ouvertes, donc les collectivités locales se dépêchent de faire passer le maximum de projets possible. »

L’idée des autorités est que ces nouvelles centrales puissent servir d’appoint pour garantir un approvisionnement en électricité stable en cas de défaillance des énergies renouvelables.

 « Idée fausse »

Toutefois, face à l’augmentation de la demande en électricité en Chine, certaines provinces comme le Guangdong (sud) ou le Jiangsu (est), où les nouvelles centrales au charbon se multiplient, sont « à la traîne » en matière d’investissements dans les énergies propres, selon l’étude.

Le géant asiatique a intensifié ses investissements ces dernières années dans les renouvelables (notamment le solaire, l’éolien, l’hydroélectrique) et les centrales nucléaires.

Si cette croissance continue de s’accélérer et que la demande d’électricité se stabilise, « les ajouts massifs de nouvelles capacités de production au charbon ne signifient pas nécessairement que l’utilisation du charbon ou que les émissions de CO2 dans le secteur de l’électricité augmenteront », souligne ainsi le rapport.

Les projets d’énergie renouvelable en Chine ont cependant des difficultés à obtenir un accès aux terrains nécessaires et dans certaines régions, le réseau ne peut absorber toute l’énergie produite, a déploré en février le chef de l’Association chinoise de l’industrie photovoltaïque.

Toutefois, « la principale idée fausse que l’on peut avoir est que l’augmentation des renouvelables entraîne forcément un recul du charbon », déclare à l’AFP Li Shuo, un militant de Greenpeace Chine.

« C’est le cas dans le reste du monde, mais les besoins de la Chine en matière de sécurité énergétique (sont tels qu’ils) entraînent une croissance simultanée de l’éolien, du solaire et du charbon. »

© AFP

A lire aussi

L’essentiel sur le nouveau rapport du Giec consacré aux solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et atténuer le changement climatique

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Balendard

    On conçoit que la Chine pays industrialisé qui approvisionne en produits finis une bonne partie du monde a besoin d’énergie

    Vu l’énorme potentiel que nous offre le soleil avec le voltaïque on a du mal à comprendre les raisons de cette orientation autrement que pour des raisons finzncière
    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/3production.pdf

    • Kahn Didier

    Nous, consommateurs français, devons chercher systématiquement une alternative au made In china. Si le prix est plus élevé, réduisons notre consommation

    • Rochain Serge

    « L’idée des autorités est que ces nouvelles centrales puissent servir d’appoint pour garantir un approvisionnement en électricité stable en cas de défaillance des énergies renouvelables. »
    NON, ça c’est l’idée du redacteur de l’article !
    Par ailleurs, si la Chine ouvre de nouvelles centrales à charbon, elle fait par ailleurs feu de tout bois ! Elle plante des milliers d’éoliennes et couvre des centaines d’hectares de PPV mais en attirant spécialement l’attention sur les nouvelles centrales à charbon, le bon petit français qui polue plus par tête d’habitant que le chinois, désigne le coupable du rechauffement climatique !

Les pluies ont bien rechargé les nappes phréatiques en avril, sauf dans les Pyrénées-Orientales selon le BRGM

Lire l'article