95 % des centrales à charbon du monde ont une date de fermeture programmée ou un objectif de neutralité carbone

charbon centrales monde fermeture

Centrale au charbon en Inde © Prakash SINGH / AFP

La quasi-totalité des centrales à charbon du monde est désormais soumise à un objectif de décarbonation soit qu’elles doivent fermer soit parvenir à la neutralité carbone. En effet, selon le dernier rapport du Global Energy Monitor (disponible en français sous le titre L’état des centrales à charbon du monde 2022 Grandeur et décadence), « il ne reste que 170 centrales (89 GW), soit 5 % du parc en opération aujourd’hui, qui ne sont pas concernées par une date d’arrêt progressif ou un objectif de neutralité carbone. Cependant, seul un très faible nombre est projeté pour atteindre dans les délais l’accord de Paris sur le climat. ». Sur les 2400 centrales à charbon en service dans le monde, au moins 750 ont une fermeture de programmée. Ce qui traduit un recul du charbon dans le monde. Pourtant, il reste encore une source d’énergie importante puisque le charbon génère encore plus du tiers de l’électricité mondiale, selon l’Agence Internationale de l’Énergie. Le déclin amorcé n’est pas encore assez rapide pour être conforme aux préconisation du Giec. Ce dernier estime que l’emploi du charbon doit être réduit de 75 % d’ici 2030 par rapport au niveau de 2019 pour rester sous le seuil de 1,5°C de réchauffement.

Le rapport souligne aussi les écarts entre les pays riches et en développement sur cette question. Il note que « Seulement 180 GW des capacités de production au charbon dans l’OCDE, soit un peu plus du tiers du total dans l’OCDE, sont planifiés pour une fermeture d’ici à 2030 en accord avec les engagements de l’accord de Paris. » tandis que « moins de 10 % des capacités hors de l’OCDE sont planifiées pour une fermeture avant 2050, 2050 étant l’année où l’on devrait totalement éliminer le charbon ».

Depuis 8 ans, le Global Energy Monitor propose un suivi de l’évolution des centrales à charbon dans le monde. Pour 2021, il ressort que les projets de construction ont diminué de 13 % par rapport à l’année précédente. Il ne reste plus que 31 pays (contre 41 l’année précédente) qui envisagent la construction de nouvelles capacités de production d’électricité à partir du charbon. Ces chiffres traduisent avant tout un ralentissement de l’essor du charbon, pas encore un recul net de cette énergie. En effet, en 2021, globalement, la puissance installée en centrale à charbon a augmenté de 18,2 gigawatts (GW) en 2021.  D’un côté, 45 GW de centrales sont entrées en service, dont la moitié en Chine, tandis que de l’autre les décommissionnements se poursuivent. Selon le rapport « en dehors de la Chine, la flotte globale a diminué pour la quatrième année consécutive, bien que le taux de diminution soit plus faible qu’en 2020. » Ainsi, en 2021, le Portugal est entré dans le club des pays qui se sont affranchis de l’utilisation du charbon.

Julien Leprovost

L’essentiel sur le nouveau rapport du Giec consacré aux solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et atténuer le changement climatique

Dernier rapport du GIEC, l’essentiel

Climat : encore des projets de nouvelles centrales à charbon dans 34 pays, dont la Chine

Le charbon, cette énergie fossile qui a changé la face du monde

Urgence climatique: l’Inde sous pression pour repenser sa dépendance au charbon

Capturer le dioxyde de carbone dans l’air

Energie : le mandat de l’AIE élargi à la recherche de la neutralité carbone

Ecrire un commentaire

Marjan Minnesma, pionnière de l’action climatique devant la justice primée par le prix Goldman 2022 : « les gouvernements ont un devoir de protection des citoyens face à la menace du changement climatique »

Lire l'article