« Réveil climatique »: la Fête de la science au chevet de la planète

reveil climatique fete de la science

Des écoliers assistent le 8 juin 2021 à un atelier aux Etincelles à Paris, l'un des sites accueillant la Fête de la science © AFP Ludovic MARIN

Paris (AFP) – Des milliers de scientifiques vont partager leurs savoirs avec le public dans les musées, laboratoires, universités et associations lors de la 31e Fête de la science, consacrée cette année au changement climatique et aux solutions pour en atténuer les effets.

A partir de vendredi et jusqu’au 17 octobre, plus de 5.000 évènements et rencontres seront proposés en France métropolitaine, puis du 10 au 27 novembre en Outre-mer. Chercheurs, étudiants, techniciens, ingénieurs, associations et médiateurs scientifiques animeront des ateliers, conférences et expositions à travers le pays, notamment dans les Villages des sciences mis en place pour l’occasion.

[Ne ratez pas la fête de la science chez GoodPlanet le 15/166 octobre  Fête de la science : la Fondation GoodPlanet consacre un week-end sur le thème du changement climatique]

Après une 30e édition dédiée à « l’émotion de la découverte », le millésime 2022 se penche sur le changement climatique.

« Les évènements climatiques extrêmes, y compris cet été, ont malheureusement rendu tangibles et concrètes les alertes que les scientifiques émettent depuis de nombreuses années », écrit la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Sylvie Retailleau, dans un éditorial en ligne.

Comprendre les causes du phénomène « nous permet d’imaginer collectivement des réponses pour agir et nous projeter avec espérance dans un avenir souhaitable », ajoute la ministre, qui donnera le coup d’envoi de l’évènement au Muséum national d’histoire naturelle à Paris.

« Il faut plus que jamais faire de la pédagogie autour de ces thématiques, ne pas en avoir peur », estime le journaliste scientifique Jamy Gourmaud, vedette de l’ancienne émission « C’est pas sorcier » et parrain de l’évènement.

Au menu: randonnées scientifiques en forêt, visites de monuments historiques pour voir l’impact du changement climatique sur les pierres, parcours ludiques « bas carbone », ateliers pour raconter la sciences en bande dessinée ou créer son robot ramasseur de déchets…

Créée en 1991 par le ministre de la Recherche d’alors, le physicien Hubert Curien, la Fête de la science a pour vocation de créer un dialogue entre les citoyens et les acteurs de la recherche.

Elle a accueilli plus de 950.000 visiteurs en moyenne au cours des éditions 2018, 2019 et 2020.

© AFP

À lire aussi

L’essentiel sur le nouveau rapport du Giec consacré aux solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et atténuer le changement climatique

Audrey Dussutour, spécialiste du blob : « le blob peut montrer une certaine forme d’intelligence »

Gilles Bœuf défend l’idée que l’écologie soit une matière à l’école : « comprendre qu’il faut s’occuper de l’environnement est aussi important que d’apprendre le français ou à compter »

La sociologue Clémence Perronnet : « on ne nait pas avec un intérêt pour les sciences, la physique, les maths ou l’écologie. C’est quelque chose qui s’acquiert. »

Ecrire un commentaire

Climat: en visite d'Etat à Londres, le président sud-africain demande l'aide des pays riches

Lire l'article