Solastalgie et thermomètre mouillé : quand le réchauffement climatique change le langage

réchauffement climatique solastagie

Des phénomènes climatiques apparaissent ou se renforcent, comme les "tornades de feu" © AFP/Archives Kenzo TRIBOUILLARD

Paris (AFP) – Catastrophes naturelles et bouleversements majeurs pour l’humanité ne sont pas les seules conséquences du changement climatique : il modifie aussi le langage, obligé de s’adapter en créant de nouveaux mots.

Des phénomènes climatiques apparaissent ou se renforcent, comme les « tornades de feu ». Elles peuvent se déclencher en cas de feu extrêmement violents, si des différences de température et des vents instables créent un tourbillon capable d’aspirer les flammes. La Californie et l’Australie pourraient les voir se multiplier.

Les « orages de feu » s’accompagnent d’éclairs et de tonnerre, mais sans pluie. S’ils sont difficilement prévisibles, les principes de base sont toujours les mêmes: les grands incendies provoquent une chaleur extrême et un grand panache de fumée qui, en s’élevant dans le ciel, interagit avec l’humidité de l’air pour former un nuage. Ce nuage, après avoir libéré un orage de feu, est appelé « pyrocumulonimbus ». L’Australie en a connu en 2019 et 2020.

En ville, les canicules s’accompagnent d' »ilots de chaleur urbains », quand le manque de végétation, l’importance des sols artificialisés et la pollution font encore grimper le thermomètre comparé à la campagne alentour.

Transformation en savane

Encore plus inquiétant pour les humains, le phénomène du « thermomètre mouillé » ou TW: cette mesure prend en compte l’humidité relative ambiante et ses possibilités d’évaporation. Sachant qu’un corps ne peut perdre de chaleur si cette température extérieure TW dépasse la sienne, les scientifiques s’accordent: l’être humain ne peut survivre longtemps à 35 degrés TW.

Les scientifiques pensaient que ce seuil ne serait jamais dépassé, mais des chercheurs américains ont relevé l’an dernier deux sites, un au Pakistan, l’autre aux Emirats arabes unis, où il l’a été brièvement.

Les nouvelles prévisions des experts climat de l’ONU, le Giec, actuellement en cours de validation par 195 pays, devraient souligner la menace croissante que représentent certains « points de rupture » climatiques qui pourraient entraîner le système climatique vers un changement dramatique et irrémédiable, selon des sources ayant vu une version préliminaire du texte.

Parmi ces points de bascule, la transformation en savane, ou « savannification » en anglais, pèse sur l’Amazonie dans les scénarios les plus pessimistes.

Des cercles vicieux se créent et renforcent encore ces changements. C’est le cas par exemple au Groenland, où l’effet d’albedo, c’est-à-dire la capacité à refléter une partie de l’énergie solaire, diminue. En effet, faute de tempêtes apportant de la neige fraîche, le Groenland s’assombrit. Ce léger changement de couleur n’est pas sans conséquence: moins blanc, il réfléchit moins la lumière du soleil, ce qui accélère son réchauffement.

Agir ou laisser faire

D’autres menaces viennent du permafrost, un sol perpétuellement gelé et qui occupe un quart des terres émergées de l’hémisphère nord. Il contient deux fois plus de carbone que l’atmosphère, mais dégèle sous le coup du réchauffement climatique, ce qui en fait une vraie bombe à retardement.

Face à ces catastrophes annoncées, certains se réfugient dans l’inaction climatique, sous prétexte qu’il est trop tard pour agir, le « doomism » en anglais (de « doom »: perte, ruine, destin tragique). D’autres se laissent aller à la « solastalgie », l’angoisse liée à la dégradation de la planète et la perte de notre environnement, ou à la « collapsologie », la théorie de l’effondrement de notre civilisation.

A l’inverse, l’engagement de la jeune Suédoise Greta Thunberg a entraîné une partie de sa génération à agir, un courant connu en Italie sous le nom de « Gretini ».

Certains seront tentés par le « tourisme de la dernière chance » pour aller voir des paysages ou des animaux menacés de disparition. D’autres resteront cloués au sol par le « flygskam » (« la honte de prendre l’avion » en suédois). Il leur restera l’option de lire un roman ou de regarder un film de « fiction climatique » ou « cli-fi » ou un documentaire parlant du « carbone bleu », la capacité des océans à absorber du CO2.

©AFP

La « nature » à travers les langues : protège-t-on bien tous la même chose ?

Ecolo sans dépression : la recommandation littéraire de Sophie

Une nouvelle ère : l’anthropocène

David Sepkoski : « l’anthropocène nous permet de transformer une histoire humaine, basée sur le capitalisme et l’impérialisme, en récit moralisateur sur les erreurs humaines »

Un commentaire

Ecrire un commentaire

Changement climatique et "défis sécuritaires" au menu du sommet du sud de l'UE à Athènes

Lire l'article

Pierre René, amoureux des glaciers pyrénéens et son monde perdu

Lire l'article

Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C est impossible sans mesures radicales immédiates, prévient l'ONU

Lire l'article