Parquet européen, justice environnementale : les députés abordent ces chantiers

Eric Dupond-Moretti AN

Eric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris le 8 décembre 2020. © AFP Thomas SAMSON

Paris (AFP) – Nouveau parquet européen, renforcement de la justice pénale spécialisée, en particulier pour les atteintes environnementales : l’Assemblée nationale a entamé mardi l’examen d’un projet de loi répondant à des « engagements forts de ce quinquennat », selon le garde des Sceaux.

Examiné en première lecture après le Sénat en début d’année, ce texte prévoit tout d’abord d’adapter la législation française à la création du Parquet européen, instance supranationale chargée de la lutte contre les atteintes aux intérêts financiers de l’Union européenne (escroqueries à la TVA, corruption, détournement de fonds publics…).

Le parquet européen, rassemblant 22 pays de l’UE et installé à Luxembourg, a entamé ses travaux fin septembre.

Les députés ont donné leur feu vert à ce parquet à l’issue de débats houleux : alors que LFI comme RN réclamaient sa suppression au nom d’une atteinte à la souveraineté, le ministre Eric Dupond-Moretti a pointé l' »union sacrée » des extrêmes, s’attirant en retour les foudres de l’insoumis Ugo Bernalicis.

« On ne veut pas la même chose qu’eux » à l’extrême droite, a lancé ce dernier, accusant au passage le gouvernement d’appliquer lui « des pans entiers » du programme du Rassemblement National.

Les élus Les Républicains ont également voté majoritairement contre ce parquet européen.

Le projet de loi à l’étude comprend un autre volet destiné à améliorer les dispositions actuelles de la justice pénale spécialisée, en particulier contre la délinquance environnementale. Ainsi il sera créé dans chacune des 36 cours d’appel une juridiction spécialisée avec des magistrats dédiés pour s’occuper des « atteintes graves » à l’environnement.

Ces juridictions auront vocation à traiter, par exemple, les pollutions des eaux ou des sols par des activités industrielles, les infractions au régime des installations classées qui dégradent l’environnement, les atteintes aux espèces ou espaces protégés, les infractions à la réglementation sur les déchets industriels… Pour les accidents industriels majeurs, de type Lubrizol, les pôles inter-régionaux basés à Paris et à Marseille, resteront compétents.

A destination des entreprises, le texte institue en outre la possibilité de « conventions judiciaires d’intérêt public » (CJIP) en matière environnementale, c’est-à-dire un mécanisme transactionnel s’inspirant de celui existant depuis 2017 pour les atteintes à la probité et la fraude fiscale.

Cette justice négociée est critiquée à gauche et par les associations environnementales, qui jugent les amendes encourues non dissuasives.

Celles-ci peuvent aller jusqu’à 30% du chiffre d’affaires moyen annuel. La convention pourra également prévoir la réparation du préjudice écologique.

La CJIP « a fait ses preuves »: « c’est une procédure rapide, efficace, qui permet des amendes lourdes », a fait valoir le ministre de la Justice. « Je préfère un bon accord à un mauvais et long procès », a renchéri la rapporteure Naïma Moutchou (LREM).

Plus globalement, « il nous faut progresser substantiellement » alors que le contentieux environnemental représente seulement 1% des condamnations pénales et 0,5% des condamnations civiles, selon Eric Dupond-Moretti.

« Si le texte améliore de manière indispensable le cadre procédural, il sera complété par des dispositions » dans le cadre du futur projet de loi issu des travaux de la Convention citoyenne sur le climat, a-t-il rappelé. Un « délit d’écocide » doit alors être créé.

Les députés LFI ont déploré que leurs amendements visant à relever les sanctions ou à inscrire dès à présent un « crime d’écocide » aient été jugés irrecevables.

Les débats se poursuivront mercredi après-midi sur ce projet de loi, avec encore une soixantaine d’amendements au menu.

©AFP

A lire aussi : Le gouvernement va créer un « délit d’écocide » pour punir les atteintes à l’environnement

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Jean Grossmann

    Sanction ou non du délinquant en ce qui concerne atteinte à l’environnement? On peut espérer que la justice moralement indépendante va être libre de ses choix à ce niveau. Ceci même si elle devait condamner le pouvoir en place pour incompétence en termes de préservation de l’environnement

    Vu leurs grasses rémunérations on peut craindre par contre que ce ne soit pas le cas des députés français qui pourraient être tentés de préserver leur propre intérêt plutôt que celui d’Homo sapiens Voir à ce sujet

    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/LCU_fichiers/LT-RT2012.pdf

COP26 : des scientifiques de 33 pays lancent une campagne en faveur des sciences océaniques

Lire l'article