Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Le fabricant de La Vache qui rit se lance dans le fromage sans lait

vache qui rit

L'entreprise qui fabrique La Vache qui rit a été fondée en 1865 dans le Jura. © AFP/Archives JOEL SAGET

Paris (AFP) – Le groupe Bel, fabricant des fromages en portion La Vache qui rit, Kiri, Babybel et Boursin, entend « rééquilibrer » son portefeuille en développant des propositions sans lait, moins émettrices de gaz à effet de serre, a-t-il annoncé mardi.

« On sait que les protéines animales sont gourmandes en termes de CO2 » alors « on végétalise nos gammes », a déclaré à l’AFP le PDG Antoine Fiévet, en marge d’une conférence de presse.

Un Boursin 100% végétal – à base de matières grasses issues de la noix de coco et du colza – sera vendu à compter de la fin du mois aux Etats-Unis sur la plateforme Amazon Fresh, avant d’être étendu au reste des distributeurs américains, a rapporté Cécile Béliot, directrice générale adjointe du groupe.

Une date de commercialisation n’est pas arrêtée pour la France.

Par ailleurs, « un projet de Mini Babybel Végétal devrait voir le jour l’année prochaine aux Etats-Unis ». Bel prépare aussi « le lancement d’une nouvelle marque internationale dédiée 100% végétale à venir dans les prochains mois ».

Bel ne compte pas pour autant réduire sa collecte de lait (plus de 2.600 producteurs dans le monde, 2 milliards de litres par an), a-t-il assuré.

Pour M. Fiévet, il ne s’agit pas d’opposer les produits laitiers à ceux d’origine végétale mais de « construire le meilleur des deux mondes » au moment où les consommateurs sont appelés à « réduire la part de l’animal au profit du végétal » pour des raisons nutritionnelles et de protection de la planète.

Le groupe, qui a généré 3,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019, cherche à « rééquilibrer » son offre, avec « à terme » 50% de produits laitiers et 50% de produits d’origine végétale, a-t-il indiqué.

La répartition actuelle de ces activités n’a pas été communiquée à l’AFP par l’entreprise, qui se dit « seulement au début de (son) chemin sur le végétal ». « L’ambition du groupe est de proposer une offre végétale pour chacune de ses marques cœur », est-il résumé dans un communiqué.

Depuis sa fondation en 1865 dans le Jura, l’entreprise est devenue un acteur majeur de la transformation laitière, distribué dans plus de 120 pays. Le groupe s’est diversifié depuis l’acquisition en 2016 du spécialiste des compotes Mont Blanc Materne (MOM : marques Pom’Potes, GoGo squeeZ, Materne et Mont Blanc).

©AFP

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    A condition que le végétal soit bio , quant au fromage  » vache qui rit  » il y a beaucoup à redire sur ses effets néfastes pour l’environnement et la santé .

    • Méryl Pinque

    Les produits laitiers sont nos ennemis pour la vie car ils nuisent à notre santé (cancers du sein et de la prostate notamment).

    Ils sont surtout les ennemis des animaux nonhumains : TOUS les produits d’origine animale sont issus de leur exploitation, de leur torture et de leur mort.
    Il y a ainsi autant de souffrance et de mort dans un verre de lait, une omelette ou un bout de fromage que dans un steak.
    Quant à l’agriculture animale, elle représente un désastre pour la nature et le premier facteur du dérèglement climatique.

    Voilà pourquoi nous devons adopter une alimentation végétale.

    Bravo à La Vache Qui Rit pour cette initiative qu’il faudrait étendre à TOUS ses produits.
    Car en attendant, les vaches et les veaux continuent de souffrir et de mourir pour les produits laitiers de la gamme.

    #GoVegan

    • dany voltzenlogel

    Viande sans viande, lait sans lait, sucre sans sucre,…

    • Michel CERF

    Effectivement les produits laitiers , le lait de vache en particulier , de même que le sucre sont des poisons pour l’organisme humain , on peut d’ailleurs constater l’absence de cancer du sein , de la prostate , de diabète et autres maladies cardio vasculaires dans les pays qui n’en consomment pas comme Okinawa .

Des cheveux pour nettoyer les océans : les coiffeurs britanniques s’engagent pour la planète

Lire l'article

Cédric Herrou : « il y a un problème de prise de conscience de ce qui se passe dans le monde et d’empathie »

Lire l'article