Edouard Bergeon : « CultivonsNous.tv sert à expliquer et découvrir le métier des paysans »

Edouard bergeons guillaume canet

Après le succès inattendu au box-office de son film Au nom de la terre avec plus de 2 millions d’entrées dans les salles en 2019, Édouard Bergeon veut réitérer l’exploit en montrant que le monde agricole et rural peut intéresser un plus large public grâce à une plateforme vidéo dédié à l’agriculture. Avec Guillaume Canet comme parrain, il lance CultivonsNous.tv plus tôt que prévu. Dans cet entretien, il explique en quoi ce nouveau média audiovisuel sur Internet fait sens, surtout en cette période de confinement et de remise en cause de nos modèles.

Pourquoi avoir choisi de lancer CultivonsNous.tv pendant le confinement ?

Lancer une chaîne de télévision pendant le confinement avec des équipes qui sont toutes en télétravail a été un tour de force. À l’origine, nous avions prévu de lancer la chaîne fin juin avec Antoine Robin, co-créateur de la chaine, et mon partenaire Alchimie. Mais l’arrivée de la pandémie a accéléré le lancement de ce nouveau média qui faisait sens pendant le confinement. Il faut être indulgent sur les contenus disponibles à ce jour, car évidemment, les négociations des droits pour des documentaires et des films que j’aurais souhaités, sont ralenties. Mais, on est tous très heureux de sortir ce nouveau média en ce temps de pandémie.

Comment avez-vous embarqué Guillaume Canet dans ce projet ?

Je dois mes 2 millions d’entrées pour mon dernier film « Au nom de la terre » au travail de promotion dingue que l’on a fait avec Guillaume Canet notamment, avec 3 mois d’avant-première et 120 débats sur tout le territoire. On a constaté au travers des questions d’une partie du public que nous avons rencontré une méconnaissance importante du monde agricole. Je me suis dit qu’il y avait une étape suivante. J’ai donc embarqué dans la réflexion Antoine Robin qui avait créé quelques années auparavant le média Spicee en regroupant des documentaires et des reportages de talents français. J’en ai ensuite parlé à Guillaume Canet en février lors du salon de l’agriculture. Guillaume a aimé l’idée et a accepté tout de suite de devenir le parrain bénévole de ce nouveau média.

Quelle est votre ambition avec la création de ce nouveau média ?

CultivonsNous.tv sert à expliquer et découvrir le métier des paysans, le monde dans lequel nous vivons, et pourquoi certaines pratiques dégradent la planète. CultivonsNous.tv est un outil qui sert à faire de la pédagogie pour les petits comme pour les grands. C’est l’occasion de réapprendre à acheter et à cuisiner. Certes, il est plus simple de mieux manger quand on a de l’argent, mais mieux manger ne coûte pas forcément plus cher. Pourtant, dans beaucoup de foyers, c’est le micro-onde qu’on utilise le plus souvent ou les livraisons de plats à domicile.

La pandémie a amené les français à se confiner pendant plus de 50 jours créant de nouvelles habitudes de consommation et une mise à l’arrêt de l’activité et des transports polluants. Cette situation inédite a-t-elle changé votre quotidien ?

Pour ma part rien n’a changé dans ma vie pendant le confinement. J’ai la chance de vivre à la campagne dans la Nièvre en Bourgogne et de m’être construit une vie loin des petits appartements. Confiné ou non, je cuisine midi et soir, même la nuit quand je rentre tard. Je me déplace le plus souvent à vélo, y compris quand je suis allé aider mon ami vigneron dans son exploitation pendant le confinement. Autrement, je bois du vin naturel et bio, mais j’en consommais déjà avant. Et je fais mes courses au marché en achetant de la « bonne viande ».

Y voyez-vous une opportunité de changement pour « le monde d’après » ?

Ces dernières semaines, alors que dans les grandes villes des gens se ruaient dans les supermarchés pour acheter des produits de première nécessité, d’autres ont adopté de nouveaux comportements tels que l’approvisionnement en circuit-court. On a aussi vu une mobilisation bénévole « au champ », témoignant une fois de plus de l’importance de l’agriculture française. Je suis moi-même allé aider un ami vigneron.
Pourtant, un agriculteur se suicide chaque jour, et la moitié d’entre eux partiront à la retraite d’ici 10 ans. Il va donc falloir prendre un virage important si l’on veut se diriger vers une plus grande autonomie alimentaire en France quand on sait par exemple que l’Ile-de-France ne dispose que de 4 jours d’autonomie pour s’alimenter. On se dit que le monde va changer demain. J’espère qu’il y aura un sursaut de la population pour changer sa manière de consommer. En effet, quand on change la manière de consommer, ça change aussi la manière de distribuer et de produire.

Propos recueillis par Jonathan Ouaret-Gave

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Urban

    Comment s’inscrire à votre chaîne de télévision

    • Sylvie VERHAEGHE-CROUZY

    Simplement un immense MERCI. Non, au pluriel : MERCIS à Edouard BERGEON pour ce travail de fond qu’il mène. Sans vouloir opposer les agricultures, en voulant les faire découvrir. Je m’en vais parler de son entreprise dès maintenant. BON VENT à cultivons nous.tv.

    • Hernan

    MERVEILLEUSE INITIVIATIVE. APRÈS TOUT, EST QU’IL Y A QUELQU’UN DE PLUS ECO-RESPONSABLE QUE LE VRAI AGRICULTEUR ? ET CE DEPUIS QUE LE SAPIENS SAPIENS EXISTE. ÇA A DÉRAILLÉ IL Y A PEU DE TEMPS SI ON REGARDE ÇA DE LOIN…. MERCI ENCORE À EDOUARD BERGEON ET À CEUX QUI SUIVENT CES LIGNES FORT IMPORTANTES. HERNAN

    • LACROIX

    TOUT SIMPLEMENT . GÉNIAL …..MERCI A VOUS
    JE SOUHAITE M’ABONNER, COMMENT FAIRE, SVP.

Brigitte Gothière, directrice de L214, explique pourquoi recourir à un Référendum d’Initiative Partagée pour défendre les animaux et interdire les élevages intensifs en France en 2040

Lire l'article