Le léopard des neiges victime collatéral du succès du cachemire

En 20 ans, le nombre de chèvres dont provient le cachemire a été multiplié par 3 Mais ces chèvres entrainent le déclin d’espèces sauvages comme le mouton bleu, les yaks ou les antilopes qui servent habituellement de proies aux léopards. Puisque les éleveurs emmènent paitre leurs chèvres dans des praires où venaient auparavant se nourrir les animaux sauvages qui servent de proie aux léopards.

Les fauves risquent alors de chasser les chèvres d’élevage, ce qui risque donc d’accroitre les conflits avec les éleveurs. Et donc d’accélérer leur disparition. Près de 95 % du fourrage sur les plateaux de Mongolie et nord de l’Inde sont consommés par les chèvres, qui ne laissent que 5 % du reste aux animaux sauvages, écrivent les scientifiques dans la revue Conservation Biology. Entre 1990 et 2010 ; le nombre de chèvres d’élevage est passé de 5 à 14 millions pour la seule Mongolie. Le cachemire est une laine de luxe très prisée, mais « Plutôt que de servir de symboles de succès, ces espèces vont devenir des victimes de la mode. », estiment les chercheurs responsables de cette étude cités le Guardian du 23 juillet

Ecrire un commentaire

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article