Une nouvelle épidémie nous guette : celle de la prolifération des déchets liés au coronavirus

La multiplication des dispositifs sanitaires à usage unique, notamment les  masques et gants, se traduit par une augmentation de la production de déchets et surtout de déchets jetés sauvagement. En plus de polluer, d’enlaidir nos paysages, ils représentent un risque sanitaire et un défi pour al collecte et le retraitement des déchets. Element Terre de France24 propose un reportage complet sur le sujet dans lequel une entreprise belge présente sa solution afin de recycler les masques FP2 en les décontaminant au préalable. La France vient de doubler les amendes, de 68 à 135 euros, pour toute personne qui jetterait un masque dans la nature, sans doute une conséquence des images sous-marines de masques chirurgicaux et de gants en latex trouvés au fond de la Méditerranée…

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • André SCANGA

    A propos des déchets médicaux (ou autres) il est absolument nécessaire de ne pas les jeter dans la nature, dans les rues de nos villes, dans les cours d’eaux et les mers. Des rappels impérieux doivent être diffusés en tous lieux du territoire. L’Etat, les Préfets, les Maires et toutes autorités compétentes ont obligation de prendre les mesures adéquates, les habitant(e)s doivent veiller à leurs propres gestes de sauvegarde de la nature.

    • Méryl Pinque

    Nous sommes une espèce dégueulasse dans tous les sens du terme.

    • Michel CERF

    D’accord avec Méryl et ce n’est pas cette crise sanitaire qui changera les mentalités et les comportements .

Bonne nouvelle : les émissions d’une famille de gaz nocive pour la couche d’ozone et le climat diminuent plus vite que prévu

Lire l'article