Masques, mégots par terre: vers une amende portée à 135 euros

masque megot amende

Jeter des déchets sur la voie publique, un masque ou encore un mégot pourra être sanctionné d'une amende de 135 euros, contre 68 euros actuellement © AFP/Archives JOEL SAGET

Paris (AFP) – Jeter des déchets sur la voie publique, un masque ou encore un mégot pourra être sanctionné d’une amende de 135 euros, contre 68 euros actuellement, selon un projet de décret, a annoncé dimanche la secrétaire d’État à la Transition écologique Brune Poirson.

Ce projet de décret, qui concerne aussi bien les masques, les gants, les mégots ou encore les dépôts sauvages d’ordures, devrait être présenté mi-juin. L’amende pourrait même monter à 375 euros, voire 750 euros si la police établit un procès-verbal et le transmet au tribunal, selon le ministère.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la feuille de route pour l’économie circulaire lancée en 2018 et « trouve avec le Covid-19 un nouvel écho, avec la multiplication du nombre de nouveaux déchets abandonnés liés à la crise sanitaire » au lieu d’être jetés à la poubelle, souligne le ministère.

« Il faut que chacun comprenne que tout déchet jeté par terre finit souvent sa route dans l’océan » a souligné Brune Poirson, dans une déclaration transmise à l’AFP.

« Si on veut des mers et des océans propres, ça commence par des trottoirs propres », poursuit la secrétaire d’Etat, qui se rend dimanche à Lège-Cap-Ferret, en Gironde, à la veille de la journée mondiale des océans, pour une collecte de déchets plastiques.

Le ministère prévoit également d’intensifier ses campagnes de communication pour inciter les gens à ne pas jeter les déchets n’importe où.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Méryl Pinque

    Le gros de l’humanité ne se comportant correctement que lorsqu’on le menace d’une amende, je dis bravo à cette initiative.

    • Michel CERF

    OUI mais ce n’est pas encore assez sévère .

Brigitte Gothière, directrice de L214, explique pourquoi recourir à un Référendum d’Initiative Partagée pour défendre les animaux et interdire les élevages intensifs en France en 2040

Lire l'article