Un demi-siècle d’Auroville, une utopie écologiste

Auroville compte aujourd’hui 3300 habitants venus d’une soixantaine de pays. Elles et ils vivent sur 20 km² en Inde en tentant de s’affranchir de la propriété individuelle, de l’argent et de s’autogérer tout en développant un mode de vie basée sur une forme de sobriété. Ils sont parvenus à force de travail à faire du désert une forêt. Le projet ambitionne depuis 50 ans d’accueillir 50 000 résidents, c’est loin d’être le cas, mais le site dispose d’une autonomie qui laisse la porte ouverte à de nombreuses expérimentations écologiques, comme la plantation d’arbres, la permaculture ou encore une épicerie où on les prend les produits en fonction de ses besoins sans les payer. Dans ce reportage d’un quart d’heure « Billet retour Auroville », France24 prend le temps de revenir sur l’utopie écologiste et spirituelle, voire sectaire diront certains (une appréciation que nous laisserons à la discrétion de chacun), que constitue Auroville, ses succès et ses échecs, l’apprentissage de la vie en communauté et son devenir.

A lire aussi

Auroville, sur une des voies du développement soutenable

Emmanuel Cappellin, réalisateur du documentaire Une fois que tu sais : « comment limiter collectivement ce qu’on ne sait plus s’interdire soi-même ? »

Entretien avec Matthieu Ricard : « l’émerveillement donne de l’espoir »

Le géographe Guillaume Faburel, auteur de Pour en finir avec les grandes villes : « vivre en ville encastre en nous des manières d’être et des modes de vie anti-écologiques »

Ecrire un commentaire

Fin de l'aventure pour la coopérative ferroviaire citoyenne Railcoop qui voulait relancer le train Bordeaux-Lyon

Lire l'article