L’avertissement d’Aurélien Barrau sur la technophilie à tout va

L’astrophysicien et philosophe Aurélien Barrau est intervenu à l’Unesco pour répondre à la question prendre soin du vivant. Il y explique en quoi les crises écologiques ne trouveront pas de solution dans la seule technologie. Il rappelle que « les conditions d’habitabilité de la planète sont laminées » par la surproduction et la surconsommation. Il estime que le problème n’est pas de rendre durable un modèle qui a déjà montré ses limites mais de parvenir à redécouvrir la dimension réelle du monde et ses limites. Les crises écologiques sont pour lui le symptôme « d’un effondrement de la cosmopoétique du réel dans un oubli de la beauté et un déni de la finitude ». Il fustige « notre nécrophilie numérique » et le fait que la technologie soit devenue létale. Il rappelle qu’il existe de nombreuses manières d’habiter le monde, sans le détruire, et qu’il faut s’en inspirer puis de conclure sur la nécessité de fermer Twitter.

Pour poursuivre la réflexion, lisez aussi

Arthur Grimonpont, auteur d’Algocratie : « la solution réside presque toujours dans l’action collective plutôt que dans des actions individuelles »

Les satellites pour l’Internet risquent de représenter 1 objet lumineux sur 15 dans le ciel étoilé d’ici quelques années

Les collapsologues Pablo Servigne et Raphaël Stevens : « c’est un sevrage très dur qui nous attend car tout le monde est drogué aux énergies fossiles »

Aurélien Barrau : « SpaceX et la nouvelle conquête spatiale : la démonstration de notre incohérence »

Alain Damasio : « aujourd’hui, on est dans l’orgie numérique »

Guillaume Pitron : « nos téléphones sont un obstacle à la compréhension de la réalité de ce qu’est l’enfer numérique »

Vers une artificialisation de notre monde : quand la masse des objets fabriqués par l’espèce humaine dépasse la biomasse vivante

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Ericl

    Quels outils disposerons nous alors pour émettre nos pensées contraires si nous devons fermer Twitter ? ou pourquoi pas toutes les autres plateformes, qui effectivement peuvent s’avérer nuisibles ? En sens inverse , en supposant un renoncement à écrire ou parler par le truchement de ces outils internet, cela nous ouvrirait-il la voie vers un futur délivré des maux qui actuellement nous accablent ? ou une vision suffisante pour pouvoir se diriger, ou se sauver du désastre ? Il est probable que la véritable communication ne se fait qu’en live , sans toutefois négliger le travail en amont, dans le secret de nos écrits, et dans la discrétion des échanges sains, même s’ils sont virtuels. Par ailleurs, il y a des points positifs sur ce réseau, concernant les informations mensongères à propos du covid, qui , n’auraient pas été mises à jour sans cela.

    • remi

    Intervention assez primaire et manichéenne, bien imbibée d’idéologie gauchiste aussi. Dommage.