Bien connaître la provenance de son miel, savoir lire l’étiquette

« D’où vient le miel que nous consommons ? » , cette vidéo de l’UNAF (Union nationale de apiculture française) et de l’UFC/Que Choisir explique les enjeux derrière l’étiquetage de la provenances du miel. Ils appellent à plus de transparence sur la provenance du miel sachant que la France importe les 3/4 de sa consommation chaque année. Actuellement, la réglementation permet d(écrire sur l’étiquette des informations parcellaires notamment sur les miels issus de mélanges. Quelques conseils pratiques pour lire l’étiquette du miel et bien le choisir.

Pour aller plus loin lire aussi :
Thierry Dufresne, fondateur de l’observatoire français de l’apidologie : « afin de préserver les abeilles, nous devons favoriser la mise à disposition de ressources alimentaires »

L’apiculteur Henri Clément : « lorsque j’ai débuté, nous enregistrions un taux de mortalité des abeilles inférieur à 5%, aujourd’hui ce taux atteint les 30% »

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • jacques TURCHET

    Bonjour,
    Encore une fois la nature nous donne une leçon. On a fait de l’apiculture ce que nous avons fait avec l’agriculture intensive par tous les moyens, bien sur il y a les phytosanitaires qui empoisonnent les abeilles et les humains mais que l’on persiste à mettre sur le marché mais il n’y a pas que cela , on ne peut pas pousser les abeilles à produire par tous les moyens, regardez ce qui se passe avec les vaches laitières que l’on pousse à produire par tous les moyens contre nature, combien de temps vivent t-elles pas longtemps en comparaison des vaches d’autrefois car elles sont rapidement épuisées. je suis originaire de famille d’agriculteurs de plus de quatre générations, j’ai baigné dans cette ambiance depuis mon plus jeune âge où on m’a appris à respecter la nature et la terre qui nous nourrit ce que l’on ne fait plus aujourd’hui car il faut de la rentabilité et le maximum de profit. Les abeilles ont besoin pour vivre de nectar et de pollen non pollués par les phytosanitaires , en cas de disette de sirop vitalisé avec le maximum de miel car le sucre pure et les vitamines de synthèse dévitalisent l’organisme des abeilles mais il semblerai que l’on ne ne le comprenne pas Je ne vais pas parler de la sélection des abeilles par l’insémination des reines qui est aussi une erreur car là encore je vais me faire encore des ennemis supplémentaires et passer pour un utopiste et un farfelu, j’ai l’habitude. J’ai été apiculteur professionnel par le passé car je suis en retraite et j’ai perdu mes ruchers à cause des phytosanitaires mais j’ai toujours respecté les abeilles et gardé suffisamment de miel chaque année en prévision d’un nourrissement obligatoire avant l’hiver si besoin est.

Produits végétariens : une étude pointe leur faible teneur en protéines végétales

Lire l'article