Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Au nom de la protection de l’enfance et des animaux, la Fondation 30 Millions d’Amis en appel à une chasse sans mineurs

Emmener un enfant à la chasse, c’est possible ? En France, rien ne l’interdit. À partir de 16 ans, un mineur peut obtenir son permis de chasse, et donc partir chasser seul muni d’un fusil. Mais avant d’atteindre cet âge, un jeune peut déjà assister de manière passive à l’acte de chasse, voire activement en posant des pièges par exemple. Au nom de la protection de l’enfance, Hélène Barbry, étudiante en droit, propose d’interdire la participation des mineurs à la chasse. En plus des accidents impliquant des jeunes recensés tous les ans, cette pratique conduit à une baisse d’empathie et un détachement par rapport à la violence. Avec cette proposition, elle a décroché le prix Jules Michelet du diplôme universitaire de droit animalier de l’Université de Limoges. Créé en partenariat avec la Fondation 30 Millions d’Amis, il récompense les idées innovantes en matière de protection animale.

A lire aussi : A Limoges, un diplôme universitaire pour défendre les animaux

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • michel CERF

    L’intention est bonne mais tôt ou tard l’enfant suis l’exemple des parents , n’est on pas chasseur de père en fils ?…

    • Céline L.

    Pour la sécurité de l’enfant : Oui, ça serait bien de contrôler à ce que les enfants ne participent pas de manière active à la chasse (Pièges/outils avec lesquels ils pourraient se blesser.

    Pour le reste, dans tous les cas, le gamin même sans participer, il le verra Papa arriver avec son sanglier mort dans la remorque et sûrement qu’il participera à la préparation de celui-ci pour le manger.
    Et puis j’ai envie de dire qu’au moins le gamin de chasseur, lui, il sait que le prix à payer pour un steak c’est la vie d’un animal. Ça sera cependant sans doute beaucoup plus difficile à lui faire avaler que « tuer des animaux pour les manger » serait mal.

Des cheveux pour nettoyer les océans : les coiffeurs britanniques s’engagent pour la planète

Lire l'article

Cédric Herrou : « il y a un problème de prise de conscience de ce qui se passe dans le monde et d’empathie »

Lire l'article