Des iguanes disparus il y a un siècle se reproduisent à nouveau aux Galapagos

iguanes disparus galapagos

Un iguane terrestre de l'espèce Conolophus subcristatus sur l'île de Santa Cruz, aux Galapagos, en février 2019 © AFP/Archives RODRIGO BUENDIA

Quito (AFP) – Un iguane terrestre disparu il y a plus d’un siècle de l’une des îles Galapagos se reproduit naturellement après sa réintroduction, a annoncé, lundi 1er aout, le ministère équatorien de l’Environnement.

La disparition au début du XXe siècle sur l’île de Santiago du reptile de l’espèce Conolophus subcristatus, l’un des trois iguanes terrestres vivant sur l’archipel, avait été constatée par une expédition de l’Académie des sciences de Californie en 1903-06, a précisé le ministère.

En 2019, l’autorité du Parc national des Galapagos (PNG) a réintroduit plus de 3.000 iguanes provenant d’une île voisine afin de restaurer l’écosystème naturel de Santiago, qui se trouve au centre de l’archipel du Pacifique.

Cette chaîne d’îles isolées a été rendue célèbre par les observations du géologue et naturaliste britannique Charles Darwin qui, en 1835, avait recensé un nombre considérable d’iguanes de tous âges sur Santiago.

Pour le directeur du PNG, Danny Rueda, « 187 ans plus tard, nous voyons à nouveau une population saine d’iguanes terrestres avec des adultes, des juvéniles et des nouveau-nés. C’est une grande réussite en matière de conservation et cela renforce nos espoirs de réintroduction ».

Situées à près de 1.000 kilomètres au large des côtes de l’Equateur, les îles Galapagos abritent une flore et une faune uniques et sont classées au patrimoine mondial naturel.

© AFP

À lire ausi

Galapagos: une nouvelle espèce de tortue détectée par ADN

Vivant, l’exposition ouverte à tous, qui met l’art contemporain au service de la préservation de la nature

Ecrire un commentaire

Tony Rinaudo, l’agronome « faiseur de forêts » qui a restauré plus de 5 millions d’hectares de végétation en Afrique grâce à la régénération naturelle assistée : « une des premières choses que nous avons demandée aux gens était de croire dans la valeur des arbres »

Lire l'article