Energie : le mandat de l’AIE élargi à la recherche de la neutralité carbone

AIE neutralité carbone

Des excavatrices de lignite et des éoliennes, à Garzweiler, dans l'ouest de l'Allemagne, le 27 octobre 2021 © AFP/Archives Ina FASSBENDER

Paris (AFP) – L’Agence internationale de l’énergie (AIE), dont le mandat porte depuis son origine sur la sécurité énergétique, voit désormais sa mission officiellement étendue à la recherche de la neutralité carbone face au dérèglement climatique, a annoncé jeudi l’agence après la réunion annuelle de ses Etats membres.

[À lire aussi Dix mesures d’urgence pour freiner la consommation de carburants]

« En plus de s’assurer de la sécurité énergétique mondiale, l’AIE a un nouveau principe directeur: soutenir les pays dans l’effort général visant à permettre au secteur de l’énergie d’être à zéro émission net d’ici le milieu du siècle », stipulent les ministres des 31 pays membres, dans une déclaration conjointe.

Parmi ses nouvelles missions, l’AIE suivra aussi la question des ressources en métaux et minerais, stratégiques pour fabriquer les équipements énergétiques décarbonés.

Mercredi et jeudi, les représentants d’une quarantaine de gouvernements étaient à Paris pour la réunion annuelle de l’AIE, sur fond de crise énergétique accrue par « l’invasion injuste de l’Ukraine par la Russie ». Le ministre ukrainien de l’Énergie a assisté, à distance, à une des sessions.

“Aujourd’hui, les pays membres de l’AIE et la Commission européenne sont unis dans les actions pour soutenir l’Ukraine, stabiliser le marché mondial de l’énergie, et in fine mettre un terme à notre dépendance à l’égard de nations qui se servent des énergies fossiles comme d’une arme », a déclaré la secrétaire américaine à l’Énergie, Jennifer Granholm.

« Le besoin urgent d’accélérer une transition équitable vers des énergies propres reste au sommet des priorités, et doit être accéléré », a-t-elle ajouté.

L’AIE, émanation de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), a été fondée en 1974 dans la foulée du choc pétrolier, pour conseiller les pays riches sur leur approvisionnement en énergie.

Dans les faits, elle avait pris depuis quelques temps le tournant de la transition vers les énergies décarbonées; son scénario pour la neutralité carbone produit au printemps 2021 a marqué les esprits, appelant à renoncer immédiatement à tout nouveau projet d’exploitation d’énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon).

La neutralité carbone, qui implique de ne pas émettre plus de gaz à effet de serre que l’on ne peut en absorber, vise à maintenir le réchauffement climatique en-deçà d’1,5°C afin d’en éviter des impacts majeurs irréversibles.

L’AIE compte parmi ses membres une grande part des pays européens, États-Unis, Canada, Mexique, Australie ou encore le Japon, et le dernier juste arrivé, la Lituanie. Dix autres sont associés, dont le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud.

© AFP

À lire aussi Les quatre scénarios possibles pour atteindre la neutralité carbone en France

Ecrire un commentaire

Marjan Minnesma, pionnière de l’action climatique devant la justice primée par le prix Goldman 2022 : « les gouvernements ont un devoir de protection des citoyens face à la menace du changement climatique »

Lire l'article