Solaire et éolien : plus de 10% de l’électricité mondiale en 2021

electricité renouvelable

Camion passant devant des installations de production d'énergie solaire sur le site de recherche sur l'énergie hydrogène de Fukushima, dans la ville de Namie, dans la préfecture de Fukushima, le 3 février 2022 © AFP/Archives Philip FONG

Paris (AFP) – Les infrastructures solaires et éoliennes ont pour la première fois produit conjointement plus de 10% de l’électricité mondiale en 2021, selon un rapport publié mercredi par le centre de réflexion Ember.

Désormais 50 pays ont atteint ce niveau, dont pour la première fois l’an dernier la Chine et le Japon, selon cette 3e Revue globale de l’électricité, qui compile les données 2021 de 75 pays, représentant 93% de la demande mondiale.

Pays-Bas, Australie et Vietnam connaissent la transformation la plus rapide, la part du solaire et de l’éolien ayant gagné dix points sur les deux dernières années.

Dix pays tirent plus du quart de leur courant de ces deux ressources, dont le Danemark 52%, le Luxembourg 43%, l’Uruguay 47%.

En tout, 38% de l’électricité mondiale est venue en 2021 de sources décarbonées, nucléaire inclus, la principale énergie renouvelable restant l’hydroélectricité – les barrages.

Mais le charbon en a aussi généré 36%. Ember souligne le rebond de cette énergie, la plus nocive pour le climat, sous l’effet du boom de la demande électrique post-Covid.

De fait, la production des centrales électriques à charbon a connu en 2021 un rebond annuel inédit (+9%) depuis « au moins 1985 », avec une production record de 10.042 TWh.

Si on ajoute +1% du fait du gaz, les émissions de CO2 liées au secteur de l’électricité ont ainsi atteint un sommet l’an dernier, dépassant de 3% le niveau record de 2018.

Or pour limiter le réchauffement à 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle, le secteur électrique devra s’étendre à de nouveaux usages (transports, chauffage etc), et être entièrement décarboné.

La production éolienne et solaire a crû de 17% en 2021, et devra garder un rythme de croissance annuelle de 20% d’ici à 2030, souligne Ember.

© AFP

Pour aller plus loin sur les sujets électricité renouvelable

Macron accélère dans le nucléaire, plus sélectif sur les renouvelables

Marc Jedliczka, porte-parole de l’Association négaWatt : « la conjugaison de ces deux familles de mesures, sobriété et efficacité, permet de diviser par 2 la consommation finale d’énergie de la France »

Dix mesures d’urgence pour freiner la consommation de carburants

Le monde « bas carbone » est « un monde de métaux », le message de Guillaume Pitron devant le Sénat

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Jean Marion

    Le problème est que ces énergies renouvelables s’ajoutent aux énergies déjà existantes, elles ne remplacent pas des énergies émettrices de CO2, donc elles ne contribuent pas à l’amélioration du climat. De plus le solaire et l’éolien sont des énergies intermittentes elles doivent donc être doublées par des sources pilotables principalement des centrales à gaz

    • Balendard

    Pour comprendre comment le besoin en énergie pourrait être satisfait avec de nouvelles chaînes énergétiques voir

    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/3production.pdf

Philippe Bihouix :  « la vraie ville "smart", c’est celle qui repose avant tout sur l’intelligence de ses habitants »

Lire l'article