Le monde « bas carbone » est « un monde de métaux », le message de Guillaume Pitron devant le Sénat


Public Sénat propose de (re)voir l’intervention du journaliste Guillaume Pitron à la tribune du Sénat. L’auteur du livre La Guerre des métaux rares y expose que la décarbonation de l’économie en misant sur les nouvelles technologies signifie s’orienter vers une intensification de l’extraction minière. Il explique que « il faut jusqu’à quatre fois plus de cuivre pour une voiture électrique qu’une voiture avec un moteur thermique. »

Guillaume Pitron : « nos téléphones sont un obstacle à la compréhension de la réalité de ce qu’est l’enfer numérique »

La course aux métaux rares, bête noire de la transition verte ? Interview de Guillaume Pitron

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Claude Courty

    Pourquoi ce journaliste, manifestement bien intentionné, ne va-t-il pas au bout de son raisonnement, en mettant en évidence, que la consommation de métaux – comme de toute autre ressource – répond à une demande et que celle-ci-ci ne peut que croître avec l’augmentation du nombre de consommateurs, et le désir de toujours améliorer leur condition qui les distingue ds autres espéces peuplant la Terre ?
    Quelle que soit la frugalité collective des êtres humain, à quoi sert en effet de gémir sur la rareté de leurs ressources, s’ils sont toujours plus nombreux et que rien ne soit fait pour y remédier ?
    250 millions au début de notre ère ; 1 milliard vers 1900 ; 7 milliards en l’an 2000 ; 8 milliards en 2030 ; en attendant 11 milliards au début du prochain siècle, quelles que soient les dénégations mensongères des surnatalistes.

    • maitei

    Oui, depuis l’argentine c’est flagrant et
    c’est vraiment une GUERRE, de l’ignorance, de l’insouciance européenne – une maladie ancienne qui a promu l’eclavage, le saccage etc. sur fond de droits humains.
    Ici les jeunes disente:
    BASTA DE FALSAS SOLUCIONES!!!
    on en a ras le bol des fausses vraies solutions.

    • Serge Rochain

    « il faut jusqu’à quatre fois plus de cuivre pour une voiture électrique qu’une voiture avec un moteur thermique.  » ???
    Oui, et infiniment moins de mazout à transformer en chaleur et en fumées noires pour alimenter l’atmonsphère durant toute la vie du véhicule !
    Quand on se trompe de cible on s’appelle Pitron, et quand on se trompe de conseil on est sénateur !

Philippe Bihouix :  « la vraie ville "smart", c’est celle qui repose avant tout sur l’intelligence de ses habitants »

Lire l'article