La vraie Greta Thunberg ? Une « intello timide », écrasée par les responsabilités

Greta Thunberg

Photo d'archives du 21 janvier 2020 montrant les militantes écologiques Greta Thunberg (à gauche) et Autumn Peltier à Davos, en Suisse.

Venise (AFP) – Derrière l’égérie du climat, une ado « intello et timide », écrasée par la responsabilité : c’est ainsi que s’est décrite Greta Thunberg lors de la présentation d’un documentaire inédit retraçant son combat depuis le premier jour, à la Mostra de Venise.

Le film, « I am Greta », présenté hors compétition, suit l’épopée de la jeune Suédoise parvenue à mobiliser des millions de jeunes dans le monde et à rencontrer les chefs d’État pour les exhorter à agir pour la planète, depuis son tout premier jour de « grève de l’école pour le climat », en 2018 devant le Parlement de Stockholm.

« Certaines personnes répandent des théories du complot, disent que je ne pense pas ou ne parle pas par moi-même, ou qu’une autre personne écrit mes discours. Dans ce film, vous pouvez voir par vous-même que c’est faux ! », a précisé à l’AFP l’intéressée, lors d’une visioconférence de presse à la Mostra de Venise (Italie).

Le documentaire alterne images de manifestations et de rencontres, du pape François au président français Emmanuel Macron, scènes de l’intimité d’une adolescente presque comme les autres, dans sa chambre ou en train de faire un gâteau avec sa mère, et séquences dans les innombrables trains de nuits pris avec son père pour sillonner l’Europe.

Il a été réalisé par un jeune documentariste suédois, Nathan Grossman, qui explique être venu la filmer le premier jour presque par hasard, et avoir mis « plusieurs mois » à réaliser son charisme et l’ampleur que prenait la mobilisation pour le climat.

« On comprend bien qu’elle ne fait pas tout cela pour devenir célèbre ou avoir du succès sur les réseaux sociaux, mais qu’elle est vraiment passionnée par la crise climatique », a souligné le réalisateur, qui l’a suivie comme son ombre pendant un an.

« Une telle responsabilité »

« Tu as réussi à me dépeindre comme je suis et non pas comme les médias me décrivent. Je ne suis pas l’enfant naïve et colérique qui crie sur les dirigeants mondiaux à l’Assemblée générale des Nations-Unies, je suis une personne intello et timide », lui a répondu Greta Thunberg.

Intervenue dans d’innombrables médias, suivie par quatre millions de personnes sur Twitter, la jeune femme aux tresses blondes, désormais héroïne d’un documentaire sur grand écran, souhaiterait voir les médias se concentrer moins sur elle que sur le climat, mais assume être devenue « une sorte de pont pour que les gens puissent mieux s’identifier et comprendre la crise climatique ».

Le film, au cours duquel rien ne semble pouvoir arrêter la volonté de fer de la jeune fille, atteinte du syndrome d’Asperger, laisse voir un rare moment d’abattement face à la tâche.

« C’est une telle responsabilité… Je ne veux pas avoir à le faire », dit-elle dans un sanglot, au milieu des flots déchaînés de l’océan Atlantique, sur le catamaran qu’elle a pris pour rallier New York (États-Unis).

Lutter contre le changement climatique, « nous (les jeunes) ne devrions pas avoir à le faire, mais plutôt les adultes, les gens au pouvoir qui ont causé cette crise ! », a répété Greta Thunberg lors de la présentation du film.

Deux ans après le début de la mobilisation, dans un monde bouleversé par le coronavirus, Greta Thunberg a repris les cours. Mais dit vouloir poursuivre plus que jamais son combat contre le changement climatique.

« Nous avons besoin de plus de science, de faire plus de recherche, mais surtout nous devons agir tout de suite, au niveau politique et pour changer les normes sociales », a-t-elle pris soin d’ajouter, avant d’abréger son intervention pour retourner en classe.

@AFP

Climat : Greta Thunberg dénonce « l’inaction politique » après deux ans de mobilisation

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • DENISE laurent

    les gaz à effet de serre ont aussi un effet parasol, et ça change toute la compréhension du dérèglement climatique !
    je suis scientifique et chercheur indépendant sur le lien climat eau et biodiversité , J’essaie dans mon domaine (climatologie, météorologie et hydrologie) de rétablir la vérité sur la végétation et son rôle dans la régulation du climat !

    L’atmosphère a deux effets indissociables : l’effet de serre et l’effet parasol ! l’effet parasol nous protège la journée (sinon la température atteindrait + 150°c) et l’effet de serre nous protège la nuit (sinon la température serait à -168°c) . Si on assiste à de fortes canicules l’été c’est justement par manque de vapeur d’eau et par manque d’évaporation (donc manque de végétation sur les continents). on mesure 20°c d’écart entre un champ vert et un champ sec l’été, un champ irrigué l’été a le même impact sur le climat qu’une foret ! il faut planter des arbres pour le long terme mais à court terme il faut végétaliser en gardant de l’eau l’hiver !

    sur le diagramme (ci joint) les 60% d’effet de la vapeur d’eau sont calculés avec un taux d’humidité de 100%, quand l’été le taux descend en dessous de 20% l’effet parasol descend à 12% donc l’atmosphère perd 50% de son effet parasol et le soleil brule les sols (canicule) !

    Dans les zones tempérées (mers et vastes forets) la quantité de vapeur d’eau augmente proportionnellement à la chaleur et le climat se régule tout seul : baisse de la radiation solaire atteignant les sols, évacuation de la chaleur par l’évaporation (60%) et albédo faible (diminution de l’effet de serre) ! Dans les zones couvertes d’eau ou de végétation les montées en température sont amorties !

    Dans les zones sèches la quantité de vapeur d’eau est faible et n’augmente pas proportionnellement à la chaleur, il n’y a pas d’évaporation donc il y a stockage de chaleur dans les sols, les surfaces claires augmentent l’effet de serre (albédo plus fort) , et les surfaces sombres stockent plus de chaleur (albédo faible) ! Dans les zones sèches les montées en température sont exponentielles !

    C’est la coupure du cycle de l’eau sur les continents l’été (donc la dé-végétalisation) qui dérègle le climat ! Donc l’évaporation n’est pas un problème pour le climat c’est même LA solution !

    http://pasdeclimatsanseau.unblog.fr/2020/06/25/impact-du-taux-de-vapeur-deau-dans-latmosphere/

Cédric Herrou : « il y a un problème de prise de conscience de ce qui se passe dans le monde et d’empathie »

Lire l'article