83 défenseurs de l’environnement assassinés au Mexique entre 2012 et 2019

violences ecologistes mexique

Les obsèques de l'écologiste mexicain Homero Gomez. En janvier 2020. ce scientifique défenseur des papillons avait été retrouvé mort dans un puits © Enrique Castro / AFP

Au moins 83 écologistes ont été tués au Mexique ces 8 dernières années, dont 15 pour l’année 2019. Un tiers d’entre eux s’étaient opposés à de grands projets énergétiques, selon un rapport du Cemed (Centre Mexicain pour les Droits Environnementaux). Aux meurtres, il faut ajouter les menaces et autres violences commises contre des personnes désireuses de préserver l’environnement dans ce pays où certaines régions sont gangrenées par une violence endémique en raison de la déliquescence de l’État au profit des cartels de narcotrafiquants. « La situation des défenseurs de l’environnement a été exacerbée par la réforme de l’énergie de 2013. Depuis cette date, des grands projets d’énergies renouvelables ont été imposés sans concertation ni compensation aux communautés rurales ou indigènes », écrit The Guardian. Ces dernières s’opposent souvent à l’expropriation de leurs terres, à la déforestation ou à l’accaparement de sources d’eaux pour des projets de fermes éoliennes ou de barrages.

L’Amérique latine est l’une des régions du monde où les défenseurs de l’environnement paient un lourd tribut à leurs combats.

Pour aller plus loin :

Homero Gomez, défenseur des papillons assassiné au Mexique en janvier 2020

164 défenseurs de l’environnement tués en 2019

Green Blood, une série d’enquêtes documentaires vidéo sur les crimes environnementaux

 

 

Ecrire un commentaire

Dorothée Moisan, auteure des Plastiqueurs, enquête sur les industriels qui nous empoissonnent : « Je dénonce le discours de l’industrie du plastique qui affirme que le recyclage fonctionne »

Lire l'article

Des start-up de véhicules électriques célébrées à Wall Street face à une route semée d'embûches

Lire l'article