Enquêtes en terrain miné : Projet Green Blood, le documentaire sur les journalistes assassinés

Depuis 2009, au moins 13 journalistes dans le monde ont été tués alors qu’ils enquêtaient sur des scandales environnementaux liés à l’industrie minière. La série documentaire en quatre épisodes Projet Green Blood, diffusé dimanche 1er mars sur France 5, revient sur trois affaires de meurtres de journalistes. Découvrez la bande-annonce de Projet Green Blood réalisé par Arthur Bouvart et Jules Giraudat.

Journaliste français et créateur de Forbidden Stories Laurent Richard revient sur sa genèse : « après avoir découvert que beaucoup de journalistes ont été menacés ou assassinés alors qu’ils enquêtaient sur des crimes environnementaux, on a constaté qu’un grand nombre de leurs enquêtes concernent l’industrie minière ».

Le collectif Forbidden Stories (histoires interdites) décide de poursuivre le travail des journalistes assassinés pour avoir été trop curieux. Pendant six mois, le collectif de reporters a enquêté simultanément dans trois pays, l’Inde, le Guatemala et la Tanzanie. « Green Blood raconte ces histoires en étant dans la coulisse d’une aventure journalistique assez unique. Dans la forme comme dans le fond notre documentaire est assez inédit », assure Laurent Richard.

Peu importe l’endroit où le minerai extrait par les compagnies, « les mêmes types de comportements, les mêmes impunités et la même opacité » existent, selon Laurent Richard. Il cite en exemple le journaliste Jagendra Singh brûlé vif alors qu’il enquêtait sur le trafic de sable en Inde.

L’objectif de la série de documentaire est de révéler les méthodes de l’industrie minière, un secteur opaque parmi les plus polluantes au monde. Chaque épisode revient sur une affaire particulière avant de terminer par une mise en perspective de ces conflits. Bien qu’ils semblent lointains, chacun de ces meurtres nous concerne car de nombreuses ressources issues de l’extraction minière se retrouvent dans nos vies. Ils se retrouvent en effet dans les appareils high-tech. Projet Green Blood s’avère donc une investigation mondiale qui révèle le prix humain et écologique de l’industrie minière du sable, du nickel et de l’or, de la mine jusqu’à la Silicon Valley aux États-Unis, « il y a un vrai discours de greenwashing qui existe depuis très longtemps » annonce Laurent Richard.

Ses auteurs voient le journalisme engagé comme : « un contre-pouvoir qui a pour mission de raconter des histoires que certains ne veulent pas entendre ou que certains ne veulent pas raconter. Albert Londres le disait si bien « il faut porter la plume dans la plaie ». Sans journalisme on n’a pas de démocratie ».

Et, ce journalisme engagé peut avoir un impact en brisant l’isolement de journalistes sur le terrain, en alertant l’opinion sur les dérives ou en conduisant les entreprises à revoir leurs pratiques et leurs chaines d’approvisionnement.

Les codes de la fiction au service d’une série documentaire, Projet Green Blood envoie un signal fort aux ennemis de la liberté de la presse. « Vous avez arrêté le messager, mais vous n’arrêterez pas le message » comme le rappelle Laurent Richard.

 

La série documentaire Projet Green Blood sera diffusée en une soirée continue le dimanche 1er mars 2020 à 20.50.

Le replay sera disponible pendant 60 jours sur France.tv

 

Réalisateurs Jules Giraudat et Arthur Bouvart
Directeur de collection Alexis Marant

Pour regarder Projet Green Blood en replay.

Propos recueillis par Isaure Vicarini

Ecrire un commentaire

Hadrien Klent, auteur de Paresse pour tous : « limiter le temps de travail offre à tout le monde l’opportunité d’arrêter d’être dans une course effrénée au temps et à la consommation »

Lire l'article