Réduction des gaz à effet de serre : si le Royaume-Uni devenait végétarien, il diminuerait ses émissions autant qu’en divisant par deux le trafic routier

En calculant l’empreinte écologique d’une soixantaine de produits alimentaires, des chercheurs de l’université de Lancaster ont trouvé que ces produits étaient responsables de l’émission de 167 millions de tonnes de dioxyde de carbone en Grande-Bretagne. « Si le pays devenait végétarien, il serait possible de réduire ces émissions de 22 à 26%, soit la moitié de ce que toutes les voitures britanniques rejettent caque année », rapporte The Independent du 5 février. Le professeur Hewitt, qui a conduit l’étude, affirme qu’avec un régime végétarien appliqué à tout le pays, le potentiel de réduction se situe à 40 millions de tonnes de dioxyde de carbone. Ce bilan carbone montre qu’avec en moyenne 17 kg de CO2 par kilo de viande et 15 kg de CO2 par kilo de fromage, ces deux produits figurent en tête dans le classement des produits alimentaires en fonction de leur impact sur le climat. De nombreux produits alimentaires importés ont aussi une empreinte carbone élevée en raison du transport.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • cjzocvre

    réduire les GES
    l’objectif de réduction des GES est une priorité pour la survie de la planète.
    il faut donc appliquer le régime végétarien en France et ailleurs , d’autant plus que les conditions actuelles de l’abattage des animaux
    implique souffrance animale ,ce qui est une honte pour la race humaine.
    un régime sans viande est salutaire pour la santé et pour l’économie.

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article