Disparition des abeilles : un mauvais coup pour l’économie de la Grande-Bretagne

525 millions d’euros (440 millions de livres ). C’est le prix que la Grande-Bretagne devra payer, chaque année, si les insectes pollinisateurs venaient à disparaître outre-Manche, annonce BBC News. Ce qui représente 13% des revenus du pays issus de l’agriculture. BBC News rappelle, à ce titre le rôle vital des abeilles, bourdons et autres papillons dans notre alimentation. Ces insectes pollinisent en effet fruits, légumes et céréales. Selon le neurobiologiste Chris Connolly, le mélange explosif de divers pesticides engendreraient chez ces insectes des troubles neurologiques graves les empêchant de s’orienter, de communiquer entre eux, et d’effectuer leur « petite danse frétillante » permettant d’indiquer aux autres insectes la présence de nectar.

Ecrire un commentaire

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article