Des déchets électroniques australiens partent illégalement pour l’Asie

En un an et demi, 12 navires en provenance de ports australiens et chargés de déchets électroniques ont été interceptés, tandis qu’ils se dirigeaient vers l’Asie sans permis de transport de déchets dangereux, rapporte le Sydney Morning Herald le 22 mai 2009. Jusqu’alors, l’Australie n’était pas soupçonnée de contribuer au commerce illégal des télévisions, lecteurs de DVD, téléphones portables et autres ordinateurs usagés. Ces objets contiennent des substances toxiques comme le mercure, le plomb, l’arsenic ou le cadmium. Ils sont expédiés en Chine, pour la majorité d’entre eux en Chine. Là-bas, ils polluent les sols et les eaux, tandis que celles et ceux qui extraient les matières valorisables (or, platine) risquent leur santé à le faire. D’après des industriels et des groupes de défense de l’environnement, le gouvernement australien pourrait mettre fin à la contrebande de ces déchets toxiques en adoptant une taxe nationale sur les biens électroniques, qui financerait leur ramassage et leur recyclage. En effet, aujourd’hui, « seulement 4% des déchets électroniques du pays sont recyclés », déclare le département de l’Environnement australien.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Fred Bordage - www.greenit.fr

    Du progrès !
    Bonjour,

    Depuis la parution de votre article, l’Australie progresse sur ce sujet.
    En septembre 2009, le Sydney Morning Herald annonce que quatre communes de Sydney se sont regroupées pour obliger les australiens à collecter leurs déchets électroniques (DEEE) d’ici Janvier 2010. Elles anticipent ainsi la mise en place du plan de collecte national des déchets électroniques qui sera annoncé en novembre 2009 (pour une mise en oeuvre en 2010). Dell, Apple et Toshiba joueraient le jeu.

    Fred
    http://www.greenit.fr

L'ONG du navigateur Yvan Bourgnon présente un bateau de dépollution plastique fluviale

Lire l'article

Dorothée Moisan, auteure des Plastiqueurs, enquête sur les industriels qui nous empoissonnent : « Je dénonce le discours de l’industrie du plastique qui affirme que le recyclage fonctionne »

Lire l'article