Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Se demander si les troupeaux sont bien protégés avant de crier au loup

Alors que des arrêtés préfectoraux qui autorisent les tirs sur les loups ont été pris ces derniers mois, l’ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages) met en doute l’efficacité des mesures de protection des troupeaux. Intitulée »Quand le berger n’est pas là, les brebis trinquent « , cette vidéo montre qu’il est facile à un prédateur de s’approcher des bêtes. En effet, certains troupeaux seraient insuffisamment protégés, et laissés à la merci des prédateur. Plutôt que de s’en prendre aux loups, l’association propose une stratégie de prévention  un renforcement des mesures de protection des troupeaux. Adapter les clôtures, renforcer la présence humaine ou les chiens de garde peuvent être des mesures efficaces.

L’association écrit qu’elle « a filmé des moutons en octobre 2015 en zone de tirs de loups sur les communes de Veynes, Saint-Julien-en-Beauchêne et Dévoluy (Hautes-Alpes).
Le résultat est sans appel : beaucoup trop d’éleveurs ne font pas leur boulot. Des brebis offertes en pâture aux loups, c’est le meilleur moyen de favoriser la prédation… et d’ordonner l’abattage des loups !  Et là, ce sont les loups qui trinquent aussi… « 

8 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Damien

    Il faut empêcher de tuer les loups. Un berger qui dit être « dans la peur », ment. Il est simplement mal organisé. Un ou deux patou et un enclos peuvent déjà aider à se protéger des loups.

    • Vous êtes professionnel de l’élevage ovin pour donner des conseils ?

  • Cet article est issu de l’ASPAS sans aucune vérification de l’information et sans grand souci de vérité. Il s’agit de prises de vue en plan rapproché sans aucune référence précise ce qui relève du délit du respect du droit à l’image et peut-être même pire. Ce qui est certains c’est que les vidéos de l’ASPAS relèvent plus de la propagande que de l’infiormation. Mais c’est leur droit.

    Par contre vous vous êtes toujours abstenu de parler de cette vidéo http://www.pyrenees-pireneus.com/Faune/Loups/France/Rapports-Etudes-Plans-Reflexions/2014-11-15-Lourdes-Consequences-retour-loup-France.php sur les conséquences du retour du loup. Vous y avez des témoignages à visage découvert de professionnels sur le terrain et non d’amateurs qui cherchent avant tout à faire passer leur idéologie du tout sauvage

    De même, vous n’avez rien diffusé sur ces 3 vidéos qui accusent clairement un système et des personnes concernant un pseudo retour naturel qui a été fortement « aidé » http://www.pyrenees-pireneus.com/Faune/Loups/France/Retour-Loup/Retour-Naturel-Reintroduction-loups-Video-A-vous-de-juger.html Tout est basé sur des documents officiels et non des approximations ou des mensonges de propagande. On peut ne pas y croire mais au royaume des aveugles….

    La vérité doit être dite sur des bases réelles si non si vous êtes complices de mensonges et de manipulations. Il reste à savoir où se situe GoodPlanet.

  • La réponse des bergers aux experts qui ne subiront jamais l’ombre d’une contrainte liée a la prédation:
    L’ASPAS SE DISTINGUE UNE FOIS DE PLUS
    http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2015/11/laspas-se-distingue-une-fois-de-plus.html
    Vous y trouverez entre autre : Une vidéo ouverte aux commentaires « expliquer moi le loup » a des millions d’années lumières des méthodes des fondamentalistes:

    • Philippe

    A revoir

    Les lourdes conséquences du retour du loup.

    Par Bruno Lecomte. Agriculteur Nov 2014 Durée 1 heure.

    https://www.youtube.com/watch?v=ptU0iwLZRdc

    Eleveurs, les morsures invisibles, par la Mutualité Sociale Agricole. Durée 10 Minutes.

    http://www.dailymotion.com/video/xwgn15_eleveurs-les-morsures-invisibles_news

  • Lettre envoyée a la rédaction:
    Mais j’aimerai savoir pourquoi une vidéo clandestine qui ne reflète en rien la réalité du problème, filmé à l’insu des éleveurs sans qu’il puissent donner leur avis et totalement à charge, fait elle l’objet d’une sélection dans votre média, alors que des vidéos qui expliquent la réalité à travers le témoignage de nombreux éleveurs confrontés à la prédation, à travers les interviews d’un responsable du CERPAM et d’un historien, à travers les témoignages de bergers d’autre pays, ne font elles pas l’objet d’une diffusion permettant, passer moi l’expression « de promouvoir le vivre ensemble et de susciter l’envie d’agir concrètement en ce sens »?
    Pourquoi le droit de réponse des éleveurs http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2015/11/loup-video-sens-unique.html n’est il pas pris en compte au même titre que la rhétorique unilatérale de certains « écologistes » ?
    Alors que notre choix de vie, option d’autant plus astreignante car fortement impliquée dans la sauvegarde de la biodiversité, « Selon un nouveau rapport publié (9 mars 2015) par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le pastoralisme – la production extensive de bétail dans les pâturages – offre d’énormes avantages à l’humanité et devrait être considéré comme un élément majeur de la transition mondiale vers une économie verte. » aboutit il à l’impossibilité de pouvoir nous exprimer dans les médias à vocation écologique et de ne jamais pouvoir remettre les choses dans leur contexte réel?

    Merci de votre réponse,

    Cordialement,
    Collectif « Pour la sauvegarde du pastoralisme »
    Chez M. Broin Pierre et les Associations cosignataires

    • Philippe

    Tous les différents mensonges qui ont été faits au sujet du retour du loup. De nouvelles révélations, découvertes dernièrement, vous sont dévoilées notamment des témoignages mettant directement en cause des personnes sur la base de documents. https://youtu.be/65DVgyz0RkU

    Voici les preuves de la réintroduction des loups ainsi que l’implication des administrations

    Un véritable scandale national qui nécessitera prochainement des enquêtes officielles et des suites judiciaires.

  • La réponse de la rédaction est sans appel:
    « (et ce document peut etre imparfait fournit aussi un éclairage sur la manière dont les bêtes sont protégés) »

    Non monsieur LEPROVOST, cette vidéo ne parle en aucun cas de la manière dont sont protégés les troupeaux. Elle montre des lots rassemblés derrières des clôtures mobiles électrifiées sans mentionner si les animaux sont rentrés le soir, ne demande pas aux éleveurs concernés pourquoi les chiens sont absents lors du tournage clandestin, ni pour quelle raison ces lots sont ils parqués, ni à quelle distance de la ferme, ni combien d’attaques les éleveurs en question ont ils subits, ni si ces éleveurs possèdent le permis de chasse et le droit de tir, ni quelle est leur position sur la prédation etc etc.,
    L’éclairage que vous avez choisit de montrer à vos lecteurs reflète simplement l’état d’esprit mesquin et sordide de ceux qui veulent faire passer une idéologie dont la finalité n’a rien à voir avec la biodiversité. Cette vidéos n’ouvre pas le débat puis qu’aucun droit de réponse ne peut y etre associés autrement que par le truchement de commentaires. Ce n’est pas pour rien si les commentaires concernant la vidéo de l’ASPAS sont clos sur leur publication. Des commentaires qui vous le savez aussi bien que moi, ne touchent qu’une infime partie de vos lecteurs.

    Et si comme vous le précisez dans votre réponse :
     » C’est pourquoi, il est extrêmement délicat d’en parler de manière objective et neutre. » ,
    vous vous posiez la question de l’objectivité et de la neutralité, cette vidéo à sens unique n’aurai jamais du etre mise avant.

    Je soulèverait toutefois un point en votre faveur, c’est que votre média est un des rares médias écologistes laissant encore la liberté d’expression dans les commentaires à défaut de le faire dans les rubriques. Et je tiens à vous en remercier de la part de ceux qui sont concernés par cet article dont le but est de faire un amalgame afin de stigmatiser l’ensemble de ceux qui sont en fait les seuls à participer à la cohabitation.
    Car n’en déplaise à ceux qui se servent de cette vidéo, ce ne sont, ni vous, ni l’aspas, ni aucun des promoteurs du retour des grands carnivores dans les zones de petits élevages respectueux, qui subiront l’ombre d’une contrainte liée à cette cohabitation!

    Cordialement, Ouragan, pour le Collectif « Pour la sauvegarde du pastoralisme »
    et les Associations cosignataires