La nature au service de l’industrie textile et de la mode

La production de vêtements pollue l’environnement, notamment la teinture ou la production de tissus synthétiques. La designer Natsai Audrey Chieza explique qu’il existe pourtant des solutions naturelles à portée de main grâce aux avancées de la micro-biologise pour produire des teintures et des textiles plus respectueux de l’environnement et ainsi sortir de notre dépendance aux énergies fossiles.  Elle présente les avancées dans ce domaine lors d’une conférence TED Fashion has a pollution problem — can biology fix it? (la mode a un problème de pollution, est-ce que la biologie peut le résoudre ?), surtout en ce qui concerne la pigmentation obtenue grâce aux micro-organismes et la production de bio-tissus à partir de champignons ou de toiles d’araignées. 

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Bonne initiative. Tout doit être tenté pou reconvertir notre système de production industrielle qui détruit la planète.
    Merci à Goodplanet de diffuser l’information.

    Claude Bruhin
    Porquerolles.

    • pelerins

    Et que dire de l’horreur des élevages pour la fourrure, qui outre la cruauté extrême pour 140 millions d’animaux massacrées par an (encagés dans des cages ignobles et dépecés vivant pour la plupart) , génèrent pollution, émissions carbone et gaspillage de protéines pour nourrir les encagés

    Et la France tolère encore sur son territoire ces mouroirs pour visons et lapins destinés à la fourrure .
    Citons l’ignoble élevage célèbre d’Emagny dans le DOUBS, dont l’éleveur cruel a été pénalement condamné en justice grâce à l’action de l’association COMBACTIVE. Eleveur, qui malgré son lourd passif, risque d’obtenir en 2018 l’autorisation préfectoral de passer de 4000 à 18 000 visons( et ce avec un avis défavorable du CODERST ). On attend la décision du préfet, qui on l’espère sera de refuser l’extension de ce camp de la mort. Car avec cet élevage ce sont des visons encagés à vie, se débattant dans des cages grillagés, avec le recours à des produits phytosanitaires, avec un gaspillage d’eau et de protéines animales et de poissons pour nourrir les visons (nourriture acheminée chaque semaine depuis la Hollande! et cadavres qui partent au Danemark ) beau bilan carbone, beau bilan cout et avantages où les inconvénients sont largement supérieurs aux avantages pour la société .
    De tels élevages destinés à la fourrure sont désormais interdits dans moult pays de l’Europe , et nous espérons que bientôt avec la pression citoyenne, une loi interdisant de tels élevages sur le territoire Français sera prise.
    Derrière ces élevages ignobles, c’est la mafia du luxe, avec le pilote LVMH, qui n’a de cesse de faire du fric en pillant la planète et piétinant la vie animale .
    Ce sont ne sont pas des emplois, mais des monstres derrière cette production barbare pour la fourrure.

3 nouvelles stratégies pour aider les espèces sauvages à se relocaliser pour s’adapter aux dérèglements climatiques

Lire l'article