Le rejet de résidus pharmaceutiques dans la nature, un risque pour la biodiversité

Plus de 4 Français sur 10 déclarent prendre quotidiennement des médicaments, or, selon l’OCDE, 10 % des médicaments comportent des molécules toxiques pour l’environnement. Pour le journal Le Monde, Myriam Attia a enquêté sur le traitement des résidus pharmaceutiques. En partie rejetés dans nos urines et nos selles, ces résidus transitent ensuite par des station d’épuration des eaux usées. Cependant, ces dernières ne parviennent pas à éliminer toutes les molécules qui, ensuite, se retrouvent en partie dans la nature. Ces rejets se répercutent sur les moules zébrés ou encore les poissons d’eau douce. Ce reportage nous dévoile l’état des connaissances sur cette pollution et les solutions pour la limiter.

À lire aussi sur le même sujet :

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    Il est démontré que ces résidus polluent nos rivières et sont en partie avec les pesticides responsables de la raréfaction des poissons qui meurent ou n’arrivent plus à se reproduire .

Pollution : les eaux du port d'Ajaccio sous surveillance 24 heures sur 24

Lire l'article