Le parasite du Varroa destructor complique le passage à l’apiculture biologique

La lutte contre un parasite mortel freine l’essor de l’apiculture biologique. Elle connaît pourtant un fort engouement ces dernières années. Seulement, rompre avec l’agriculture conventionnelle ne se fait pas sans difficultés explique Alban Maisonnasse, chargé de mission expérimentation/ADAPI dans une interview accordée à Actu-Environnement. Il explique en quoi le parasite du Varroa destructor, venu d’Asie dans les années 1980 pose problème. Mortel pour les abeilles, il prolifère au sein d’un même rucher au gré des déplacements de ses occupantes. Il peut ainsi tuer des colonies entières. Des traitements médicamenteux existent pour détruire le Varroa, il est également possible de traiter le ravageur en respectant les normes de l’agriculture biologique. Cependant, cela demande de la technique et du temps, ce dont tous les apiculteurs ne disposent pas.

À lire aussi

2019, année noire pour les apiculteurs européens

L’apiculteur Henri Clément : « lorsque j’ai débuté, nous enregistrions un taux de mortalité des abeilles inférieur à 5%, aujourd’hui ce taux atteint les 30% »

Thierry Dufresne, fondateur de l’observatoire français de l’apidologie : « afin de préserver les abeilles, nous devons favoriser la mise à disposition de ressources alimentaires »

Ecrire un commentaire

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article