Découvrez le documentaire « Les 150 », un projet de Yann Arthus-Bertrand, sur la Convention Citoyenne pour le Climat

Yann Arthus-Bertrand, président de la Fondation GoodPlanet et Baptiste Rouget-Luchaire réalisent « Les 150 », un film de 50 minutes consacré à la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC), expérience démocratique inédite en France. Les acteurs de ce projet citoyen hors du commun prennent la parole dans ce documentaire diffusé pour la première fois le mercredi 8 décembre 2021 sur la Chaîne Parlementaire (LCP – canal 13 de la TNT) à 20h30 puis en replay sur le site de LCP. Retrouvez l’intégralité du film et des extraits du métrage sur GoodPlanet Mag’. Baptiste Rouget-Luchaire et Yann Arthus-Bertrand reviennent sur ce documentaire qui fait la part belle à la citoyenneté et à l’engagement au travers de portraits de citoyennes et de citoyens comme Thierry ou Éloïse.

Baptiste Rouget-Luchaire, réalisateur engagé pour la préservation de la nature, met en image cette expérience inédite pour ces Français et ces Françaises. Il revient sur le quotidien de 6 des conventionnels. Pleins d’émotions, certains expliquent comment cette expérience a été enrichissante, et surtout a marqué un tournant dans leur vie. En effet, ils ont été tirés au sort afin de proposer des solutions concrètes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays. Sur une idée de Cyril Dion et de Mathilde Imer, l’objectif de cette assemblée de citoyens français réunie au Conseil économique, social et environnent (Cése) est de « définir les mesures structurantes pour parvenir, dans un esprit de justice social, à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2030 par rapport à 1990 ». Au bout de plusieurs mois de travaux, de consultations et de débats, les 150 conventionnels ont abouti à la formulation de 149 mesures pour lutter contre le changement climatique.

Cyril Dion est un écrivain, réalisateur, poète et militant écologiste Avec Mathilde Imer, ils ont poussé l’idée d’une Convention Citoyenne qui a été accepté par le Président de la République.

« C’est la preuve que lorsque l’on donne l’information et les moyens d’agir, les gens s’en saisissent avec passion et responsabilité »

« La Convention est une initiative unique en France », se réjouit Baptiste Rouget-Luchaire, réalisateur du film. « Pour un sujet aussi important et urgent que le climat, l’idée était de « court-circuiter » le pouvoir politique qui n’applique pas ou peu les mesures nécessaires. Cela permet de remettre les décisions importantes entre les mains des citoyens… Le tirage au sort est un moyen puissant et intéressant de renouveler la démocratie classique, en introduisant de la démocratie participative citoyenne dans la démocratie actuelle. Cela reste une réussite, et la CCC prouve que c’est un exercice qui fonctionne. »

« Je pense que c’est la solution. Moi qui suis un peu pessimiste sur la façon dont on est dirigés…Ce film me donne beaucoup d’espoir », explique Yann Arthus-Bertrand. « Il nous manque cette façon d’être ensemble pour résoudre le problème. L’enthousiasme de ces gens à trouver des solutions est formidable. »

Il ressort des témoignages présents dans le film que la Convention Citoyenne pour le Climat a été autant démocratique, humaine que militante. « L’expérience a eu un impact sur la notion d’engagement et l’idée de citoyenneté. Qu’est-ce qu’être citoyen dans une démocratie ? Cela veut dire participer à la vie publique sur les enjeux de société et l’avenir de notre société. Je voulais mettre en avant le fait que cette expérience a transformé les 150 personnes qui y ont participé. C’est la preuve que lorsque l’on donne l’information et les moyens d’agir, les gens s’en saisissent avec passion et responsabilité », dit Baptiste Rouget-Luchaire.

 » C’est vraiment touchant de voir ces personnes prendre ce rôle de citoyen responsable à part entière. Il faut continuer le travail d’information et je pense qu’il y aura beaucoup de suites. Bravo à Cyril Dion pour ce projet », déclare Yann Arthus-Bertrand. Suite à la Convention, ses membres ont poursuivi leur engagement. Lambert est devenu végétarien et ne prend plus l’avion, Agny a démissionné pour s’engager en politique, Guillaume a monté son association de sensibilisation aux enjeux environnementaux de retour à la Réunion… Des portraits touchants, de ces anonymes devenus acteurs de la lutte contre le réchauffement climatique. « 15 personnes, soit 10 % des participants, ont décidé de se présenter aux élections régionales après l’expérience », affirme Baptiste Rouget-Luchaire.

« On a eu la chance d’avoir LCP comme partenaire qui nous a laissé une grande liberté de réalisation sur le fond et sur la forme. C’est également la levée des fonds qui nous a permis de réaliser ce projet. Donc finalement, le sujet ainsi que son financement sont citoyens », conclut Baptiste Rouget-Luchaire.

Les 150, Baptiste Rouget-Luchaire et Yann Arthus-Bertrand, LCP, mercredi 8 décembre 2021 à 20h30 ou à retrouver en replay.
Yann Arthus-Bertrand et la Fondation GoodPlanet sont aussi les auteurs d’un ouvrage consacré à la Convention Citoyenne pour le Climat et ses propositions Cap 2030, une décennie pour changer le monde, sorti début 2021 aux éditions Michel Lafon.

A lire également sur GoodPlanet Mag’ :

Cap 2030 : comment 150 anonymes sont devenus « citoyens » de la Convention

Cap 2030 : retour sur la proposition de la Convention Citoyenne pour le Climat de réduire la vitesse sur autoroutes à 110 km/h

Gregoire Fraty de la Convention Citoyenne pour le Climat: : « le politique est incapable de se saisir de la question climatique »

Entretien avec Cyril Dion sur le climat : « l’inertie des systèmes politiques et le poids des intérêts privés ont empêché les changements, c’est un problème de système démocratique défaillant face à l’urgence écologique.»

William Aucant de la Convention Citoyenne pour le Climat : «j’aurais aimé que le gouvernement soit beaucoup plus ambitieux»

Ecrire un commentaire

L'ouragan Ian crée des inondations "catastrophiques" en Floride

Lire l'article