L’addiction à l’énergie vue par Jean-Marc Jancovici dans la BD « Le monde sans fin »

L’énergie est au cœur de nos vies sans qu’on que nous le réalisions nécessairement. Ce thème centrale domine la récente bande-dessinée « Un monde sans fin » de Jean-Marc Jancovici. L’ingénieur et professeur à l’École des mines de Paris est interrogé sur ce sujet par Tristan Miquel, journaliste pour RTS. Savez-vous combien de machines travaillent pour vous dans le monde quotidiennement ? Du tracteur qui récolte les céréales qui composeront votre petit-déjeuner aux machines-outils qui fabriquent vos mobiliers, les impacts énergétiques de notre consommation quotidienne sont parfois mal connus, voire ignorés. Jean-Marc Jancovici qualifie les prouesses rendues possibles par l’énergie de costume d’ « Iron Man. ». Car, l’énergie travaille pour nous sans qu’on s’en rende compte et si on devait la substituer par des « esclaves énergétiques », il faudrait des dizaines voire des centaines de personnes à notre service. Or, l’usage des ressources énergétiques n’est pas illimité ni sans conséquences sur l’environnement et le climat.

Pascal Boniface reçoit Jean-Marc Jancovici pour parler des enjeux du réchauffement climatique et des relations internationales

Jean-Marc Jancovici explique la pollution numérique

Pourquoi les enjeux de climat et de genre vont de pair : le cas de la viande

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Henri DIDELLE

    L’HOMME VIT AU-DESSUS DE SES MOYENS, TOUT LE MONDE LE SAIT…
    Nos ancêtres portaient en eux une centaine d’esclaves que l’on a remplacé par un  »litre » d’énergies fossiles. Les gilets jaunes se sont trompé de cible en décrétant que l’essence est trop chère. C’est exactement l’inverse…

    Notre addiction énergétique va nous obliger à nous tourner vers les énergies vertes. Il y a 2 siècles le bois, l’eau et le soleil étaient comptés comme énergie primaire. Après avoir pillé les énergise fossiles, on redécouvre le bois, l’eau et le soleil comme énergie renouvelable cette fois-ci. C’est bien la preuve que nous avons fait fausse route.

    Nous ne sommes pas au bout de nos peines car l’hydrogène, qui apparaît comme une bouée de sauvetage, demande beaucoup d’énergie pour en fabriquer de très grandes quantités. Si pour cela on utilise du charbon allemand alors c’est fouttu….

    En fait les riches veulent finir leur croissance avant la fin du monde même si ce sont les pauvres qui en souffrent le plus. Comme les politiques ne trouvent pas d’intérêt à gérer le long terme et comme nous sommes tous sur le même radeau, alors nous coulerons tous ensemble (même les riches). C’est comme la Covid, on en sortira seulement si les riches acceptent de vacciner les pauvres (les riches ont tout à perdre et les pauvres n’ont rien à gagner…)

    J’ai lu le livre  »Le monde sans fin » qui est un modèle du genre. Il contient une foule d’informations présentées sous une forme mi sérieuse, mi-rigolote qui le rend accessible à tout public. Je le conseile fortement !!!

L'ouragan Ian crée des inondations "catastrophiques" en Floride

Lire l'article