Didier Van Cauwelaert explique les 7 causes du déclin des abeilles

Dans cet entretien accordé à L’Animal et l’Homme, le spécialiste des abeilles Didier Van Cauwelaert revient sur les 7 facteurs explicatifs de la diminution des populations d’abeilles qui font face à « trop de facteurs perturbants nouveaux« . Liées aux activité »s humaines, ces perturbations sont apparues en quelques décennies et mettent en péril la survie d’une espèce vielle de plusieurs millions d’années.

5 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Tina92

    Merci pour cette très belle interview .
    Je comprends mieux maintenant l’intérêt de la Fondation Good Planet pour cet animal qui a tant à nous apprendre… Comme toute la Nature !

    • Gil Kressmann

    Je suis étonné que Didier Van Cauwelaert évoque les OGM comme l’une des 7 causes de dépérissement des abeilles. D’abord en Europe, les OGM ne sont pas cultivés si ce n’est que pour la culture du maïs, en Espagne essentiellement et un peu au Portugal. De plus les abeilles butinent t’elles dans les champs de maïs? Non. Donc le maïs OGM n’y est pour rien. Le maïs dit Bt est m^me positif pour les abeilles car il permet de supprimer l’utilisation de molécules chimiques pour lutter contre la pyrale.
    Il est vrai que l’auteur évoque le cas du colza OGM. Mais celui-ci n’est pas du tout cultivé en Europe et à ma connaissance uniquement au Canada. Et aucun effet négatif du colza OGM n’a été révélé sur la santé des abeilles. Mais si on me donne des sources précises prouvant le contraire, je suis preneur. Sachez que cela m’étonnerait car les autorités Canadiennes sont réputées pour être très rigoureuses. Donc les OGM n’y sont pour rien.

      • F

      Curieux manque de connaissances.

  • C’est vrai que ces pauvres abeilles sont malmenées. Outre les pesticides et autres engrais chimiques et le frelon asiatique qui décîme les ruchiers, je pense qu’il faille s’attendre à plus ou moins longue échéance à la disparition de cet insecte qui…… nous fait vivre. En effet, si les floraisons sont touchées, quel avenir pour les légumes ? Et, sans eux, fini les salades, les potages, les petits plats mitonnés. On arrive à l’époque de  » Soleil vert « . Où trouver un morceau de viande coûtera aussi cher qu’un lingot .

  • Pas un mot sur le remplacement de l’abeille endémique, l’abeille noire par des abeilles hybrides incapables de vivre dans nos contrées sans les nourrir avec de grandes quantités de sirop.
    Une partie importante part des pertes des apiculteurs s’expliquent par l’inadaptation de leurs abeilles d’origine italiennes, grecques et africaines à notre climat. C’est de la sélection naturelle tout simplement.
    Ce qui est vraiment triste, c’est que l’abeille noire est maintenant en voie de disparition.
    On ne peut pas considérer qu’une abeille « jaune » puisse être en voie de disparition en France, ce serait comme dire que l’ours blanc est en voie de disparition en Algérie en 2018 …
    Pendant ce temps là, les reines de noires se font écraser à grande échelle, en silence, par des apiculteurs plus intéressé par le miel que par la disparition des abeilles.

Jaunisse de la betterave : Tereos a retardé le démarrage de sa campagne 2020/21

Lire l'article

L’agriculture bio labellisée AB est le modèle le plus rentable et le plus performant, d’après une analyse de France Stratégie

Lire l'article